dimanche 30 juin 2013

Un barbecue halal crée la polémique dans une maternelle

Coq islam
Le Point
 
Le 30/06/2013
 
Un choix pragmatique ou une atteinte à la laïcité ? C'est tout le débat qu'a déclenché une maternelle du sud de la France, en ne proposant que de la viande halal lors de la fête de l'école. En cause : la commande passée par le directrice de la maternelle Surcouf, à Montpellier. Dans cet établissement public, qui accueille une majorité d'élèves musulmans, seules des merguez et saucisses halal ont ainsi été fournies, rapporte le Midi libre .
 
La nouvelle n'a pas plu à tous les parents et la polémique a éclaté le jour même de la fête. Le ton est monté entre certains parents laïcs, dénonçant le fait que seule de la viande halal ait été proposée, et des parents de confession musulmane ayant pu y voir une réaction raciste.
 
Les parents d'élèves avaient pourtant été informés auparavant. Une réunion préparatoire avait eu lieu deux semaines plus tôt et le compte-rendu avait été affiché à l'entrée de l'établissement, précise le site d'information. La directrice de l'école justifie par ailleurs ce choix par des contraintes financières.
 
"Nos moyens étaient très limités et la viande non-halal nous restait toujours sur les bras. De plus, chacun était libre d'apporter ce qu'il souhaitait", s'est défendue Marie-Line Schrotzenberger. Alerté par les parents d'élèves, l'inspecteur de l'Education nationale de la circonscription parle, lui, désormais d'une "incompréhension mutuelle". "Personne ne l'a fait exprès, personne n'était de mauvaise foi. Cette histoire est réglée", a-t-il déclaré au Midi libre, appelant ensuite à l'apaisement.
 
Avec Sipa Média

Cantonales partielle à Mantes-la-Jolie (Yvelines)

 
Il y avait une élection cantonale partielle aujourd'hui à Mantes-la-Jolie dans le département des Yvelines (Ile-de-France).
 
Le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas vraiment une terre "traditionnellement fertile" pour le Front National. Cependant, notre candidat, Cyril Nauth, a obtenu 11,6% dans ce canton où François Hollande avait eu 43, 65% de votes en mai 2012.
 
A noter que dans le quartier populaire du Val-Fourré , Cyril Nauth atteint tout de même les 3, 96%  !!! (Imaginez une seconde si les étrangers avaient le droit de vote...)
 
Le second tour, dimanche prochain verra donc se confronter l'UMP Pierre Bédier (45,36%) et la socialiste Rama Sall qui aura réussie l'exploit de diviser par deux le vote PS dans ce canton des Yvelines.

Alain Juppé : « L’UMP a la responsabilité de mener le combat contre le FN »

Juppé Alain
 
Novopress
 
30/06/2013 – 19H10 Bordeaux(NOVOpress via Infos Bordeaux) -
 
Dans un post publié hier sur son blog, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, considère que « la responsabilité du combat » contre le Front national revient désormais à son parti, notamment « pour éviter que le prochain Parlement européen ne soit dominé par des partis anti-européens ».
 
Pour l’ancien premier ministre, les récents succès électoraux du parti dirigé par Marine Le Pen sont un signal d’alarme : « l’arrivée du FN au pouvoir serait une catastrophe pour la France ».
 
Le « défi » est donc immense. Alain Juppé regrette ainsi la « dédiabolisation » d’un parti qu’il a toujours « combattu » et souligne qu’il « ne faut naturellement pas renoncer à rappeler l’incompatibilité de valeurs entre nous ».
 
Jouant sur les peurs, « le programme du Front national précipiterait la France dans la spirale du déclin », le maire de Bordeaux semble ignorer que la France est déjà engagée depuis de nombreuses années dans cette « spirale », suite aux politiques désastreuses menées depuis plusieurs dizaines d’années par son propre parti, comme par la majorité socialiste.
 
Se drapant dans une posture morale, le maire de Bordeaux oublie sa condamnation en 2004 pour « abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt ».
 
Il avait, selon le tribunal, « trompé la confiance du peuple souverain » !

Ghislaine Fraisse en formation à Nanterre


Campus bleu Marine, Nanterre, 30
 
Ghislaine Fraisse, chargé de mission pour le Jura et candidate aux élections municipales de Dole a participé ce week-end à une session de formation au Campus Bleu Marine au siège du Front National à Nanterre (Hauts-de-Seine) en compagnie d'autres têtes de listes investits par le mouvement patriote en vue des prochains scrutins où ils et elles seront en première ligne pour porter haut notre flamme tricolore.
 
Les formateurs Julien Sanchez et Isabelle Cochard ont pu célébrer l'anniversaire de notre Président d'honneur et de notre candidate.
 
Félicitation à notre Président d'honneur qui a fêté son anniversaire le 20 juin dernier et à notre Chargé de mission et candidate sur la ville de Dole.
 
GS
 
Source de la photo : Julien Sanchez (Facebook)

Le Front national puise-t-il ses réserves électorales parmi les abstentionnistes ?

FN Tournis

France TV infos
 
Par Olivier Biffaud le 29/06/2013
 
Le front républicain est-il toujours efficace ? Et surtout est-il toujours pertinent ? Ces questions ont été relancées après les récentes législatives partielles de l'Oise et du Lot-et-Garonne. La première avait été provoquée par l'invalidation de l'élection de Jean-François Mancel (UMP), la seconde par le non-retour à l'Assemblée de Jérôme Cahuzac (PS), après sa démission du gouvernement.
 
Dans les deux consultations, le candidat socialiste a été éliminé au premier tour faute d'un nombre suffisant de suffrages, laissant un représentant de l'UMP, seul, face à un candidat du Front national au second tour. Dans les deux cas, le premier parti de la droite l'a emporté, gagnant ainsi un siège, mais l'extrême droite a considérablement augmenté son score d'un tour à l'autre.
 
Assez peu connus localement de l'électorat, les deux représentants du FN ont franchi la barre des 45% au second tour au cours duquel ils ont enregistré une forte progression en voix.
 
Ainsi, Florence Italiani, dans l'Oise, est passé de 7 249 voix au premier tour à 13 190 au second (+ 5 941) alors que dans le même temps, Mancel, le vainqueur, passait de 11 073 à 13 958, soit une hausse de 2 885 suffrages. D'un tour à l'autre, le scrutin a attiré 2 150 électeurs supplémentaires (30 194 contre 28 044) mais le nombre de suffrages exprimés a reculé de 121 (27 148 contre 27 269).
 
Des électeurs qui se disent "apolitiques"
 
A moins d'imaginer que des abstentionnistes du premier tour se sont déplacés au second pour glisser dans l'urne un bulletin blanc ou nul - hypothèse qui ne semble pas très réaliste -, on peut supposer qu'une partie de l'électorat de gauche a voté blanc ou nul le second dimanche et qu'une autre a voulu sanctionner Mancel, en votant Italiani.
 
Reste l'inconnue des abstentionnistes de premier tour devenus électeurs de second tour ! S'il s'agit d'électeurs traditionnels de droite, on comprend mal qu'ils ne se soient pas déplacés dès le premier tour pour manifester leur rejet de la gauche au pouvoir. On peut difficilement concevoir qu'il s'agisse d'électeurs traditionnels de gauche dont l'état de démobilisation est patent.
 
Peut-on alors formuler l'hypothèse que ce sont des électeurs qui se disent "apolitiques" et qui se reconnaissent plus volontiers dans le discours de Marine Le Pen que dans celui des partis républicains traditionnels ? Cela signifierait que le Front national puise ses réserves électorales parmi les abstentionnistes de premier tour.
 
La législatives partielle du Lot-et-Garonne apporte une seconde pierre à cette hypothèse, alors même que la configuration locale est tout à fait différente. Contrairement à la circonscription plus ouvrière de l'Oise enracinée depuis longtemps à droite, celle du Lot-et-Garonne est plus tournée vers le radicalisme.
 
Une force d'appoint.. au seul second tour
 
Ici, Jean-Louis Costes (UMP) est passé de 9 431 voix à 18 188 (+ 8 757) d'un tour à l'autre, alors qu'Etienne Bousquet-Cassagne (FN) est passé, lui, de 8 552 suffrages à 15 653, soit + 7 101. Dans le même temps, le nombre d'électeurs a augmenté de 4 958 (39 446 contre 34 488) mais le nombre de suffrages exprimés ne s'est accru que de 993 (33 841 contre 32 848).
 
On peut donc former le même type de raisonnement que dans la partielle précédente. Fort accroissement du nombre de bulletins blanc et nul issus de l'électorat de gauche mais aussi soutien non négligeable de ce même électorat à Costes - au nom du front républicain - ce que le candidat UMP a reconnu lui-même en remerciant l'électorat socialiste qui s'est porté sur son nom.
 
Une fois encore se pose la question de l'attitude des électeurs supplémentaires de second tour qui étaient des abstentionnistes du premier. La réserve potentielle de voix du premier tour susceptible de rejoindre Bousquet-Cassagne au second étant assez maigre, ne faut-il pas considérer qu'une partie non marginale de ces supplétifs a opté pour le Front national ?
 
Si tel est le cas, l'UMP - comme le PS qui aligne les revers dans les urnes - a du souci à se faire car une nouvelle donnée électorale serait en train d'émerger avec l'apparition d'une force d'appoint pour l'extrême droite... au seul second tour des élections.
 
Note BYR : Et nos amis journalistes de qualifier encore et toujours le FN "d'extrême-droite"....

Narbonne. Un réseau de proxénètes roumains démantelé

Gendarmerie trafic
 
 
Le 29/06/2013
 
Printemps 2011. Sous la pression de plusieurs élus du Narbonnais, le parquet de Narbonne demande à la section de recherches de Montpellier de faire cesser, sur les routes du littoral audois, la prostitution de très jeunes femmes. A l’automne de la même année, une information judiciaire est ouverte. Les premières investigations montrent que les prostituées sont sous la coupe de réseaux structurés.
 
En mai 2012, un coup de filet se traduit par l’interpellation de 8 proxénètes dont sept sont originaires de Roumanie. Mais très vite, un nouveau réseau va se substituer au premier. Les nouveaux chefs selon le procureur de la République de Narbonne, David Charmatz, «étaient apparus en marge de la première enquête. Ils ont pris du galon». Bien que les filles aient déserté en partie les routes de l’Aude, celles-ci sont contraintes de se prostituer dans l’Hérault et dans le Gard.
 
Les gendarmes vont alors s’atteler à identifier les responsables du réseau. Ils entendront une centaine de jeunes femmes. Mardi, après avoir longuement collaboré avec la police roumaine via l’Office de Police Europea, les gendarmes de la section de recherches de Montpellier ont   procédé à l’interpellation de quatorze personnes, dont cinq en Roumanie au Nord-Ouest de Bucarest.
 
Selon le colonel Sylvain Noyon, le commandant de la SR, le réseau était  structuré de part et d’autre de la frontière. En Roumanie, les rabatteurs étaient chargés de recruter les filles. En France, mais aussi en Espagne mais aussi en Allemagne «car nous avons pu démontré, précise l’officier de gendarmerie, que certaines d’entre elles étaient passées d’un pays à l’autre. Bien qu’indépendants les uns des autres, les réseaux se passaient les filles comme de la marchandise».
 
Localement, les proxénètes  tenaient les filles par la contrainte voire la violence en menaçant leur famille en Roumanie de représailles.  Prises dans ce cercle infernal, les jeunes femmes souvent «terrorisées» auraient peu collaboré avec les enquêteurs.
 
Présentés hier au palais de justice de Narbonne, les membres de ce réseau  ont été mis en examen pour traîte d’êtres humains en bande organisée, proxénètisme et usage de faux documents.
 
Certains d’entre eux ont été écroués en fin de journée. Le juge d’instruction a également demandé l’extradition des cinq ressortissants roumains interpellés et qui ont été placés en détention provisoire.

samedi 29 juin 2013

Agression et coups de feu au centre-ville de Poligny

Poligny (Jura)

Ma commune info Besançon

Le 29/06/2013
 
Hier soir, vers 1h du matin, le blogueur bisontin Toufik de Planoise aurait été pris à partie, en plein centre-ville de Poligny par trois individus armés d'un fusil à pompe, alors qu'il placardait des affiches antiracistes.
 
Il était accompagné d'amis. Arrivés sur la place centrale pour poser leurs affiches, ils auraient alors été apostrophés par trois individus dont une personne connue de Toufik. "Il se réclame clairement du néo-nazisme et m'en veut personnellement pour l'article que j'ai publié sur lui." Ne souhaitant pas provoquer la bagarre, le blogueur et ses amis décident de s'éloigner.
 
Entre temps, l'un des agresseurs serait parti chercher un fusil à pompe dans un appartement. "Il était clairement alcoolisé", témoigne Toufik. Trois coups de feu auraient alors été tirés "mais on ne sait pas s'il visait quelque chose ou quelqu'un, nous avons juste entendu les détonations, nous nous étions planqués", ajoute le blogueur. "Il n'y a pas eu de blessés, nous avons finalement pu regagner une voiture et repartir mais c'est quand même gravissime !"
 
La gendarmerie, dépêchée sur place, recueillerait aujourd'hui les témoignages des principaux protagonistes et des habitants ayant assisté à la scène. Contactée par nos soins, elle a dit ne pas souhaiter communiquer pour l'heure. Les faits n'ont donc pu être confirmés. Toufik aurait déposé une plainte ce matin.

Budget 2014 : le gouvernement dans le piège de l'austérité


 
Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice -président du Front National du 29/06/2013
 
Les informations données par le journal Le Monde sur le budget 2014 de l’Etat confirment l’enfermement du gouvernement dans la logique mortifère de l’austérité.
 
Sciemment piégé par l’euro et le libre-échange total qui empêchent toute politique de relance, le gouvernement PS poursuit la mauvaise œuvre de l’UMP en sabrant les investissements, ce qui ne fera qu’aggraver la récession, le chômage et la chute du pouvoir d’achat. On sait déjà que cette politique se traduit par un affaissement des rentrées fiscales : elle prépare donc l’austérité de demain.
 
Les pires choix sont faits, année après année, au grand dam des Français des classes populaires et moyennes et des retraités, sacrifiés : on ne se donne pas les moyens de relancer l’économie, on coupe dans la bonne dépense publique, comme la Défense nationale et les services publics, et on laisse prospérer les dépenses nocives, comme l’immigration, la fraude sociale ou ces milliards aspirés par le budget européen et le renflouement permanent de l’euro.
 
Pour relancer la machine économique et sociale, pour éviter le piège de l’austérité, il faut sacrifier l’euro et l’ouverture totale des frontières plutôt que sacrifier le peuple.
 
Cela suppose d’organiser la dissolution de la zone euro et de mettre en place un protectionnisme intelligent aux frontières de la France pour permettre la réindustrialisation. Dans le même temps, il faut préserver la bonne dépense publique, et faire résolument la chasse à la mauvaise, en commençant par forcer les grandes collectivités territoriales à réduire leur train de vie indécent.

Insécurté à Hellemmes : comment réveiller le marchand de sable...

Tractage FN
 
Communiqué du FN d'Hellemmes (Nord) du 29/06/2013
 
Le maire d’Hellemmes, Frédéric Marchand, a une conception toute personnelle de la sécurité.

Déjà, en novembre dernier, il avait réussi ce tour de force – très socialiste – d’imposer un village d’insertion de Roms dans une commune populaire, déjà lourdement touchée par le chômage et l’insécurité : « C’est moi qui décide, et il y aura un village d’insertion » avait décrété l’édile socialiste.

Récemment, le Maire d’Hellemmes a eu l’occasion de réitérer sa conception originale de la sécurité : à l’occasion d’un débat municipal sur le dispositif Citéo – un dispositif de 5 médiateurs sur toute la ville – il est apparu que le coût de 100 000 euros était disproportionné par rapport aux résultats. Les résultats, ce sont, pour ce qui est des vols avec violence et coups et blessures : 9,60 pour 1000 habitants et par an. En comparaison, c’est 8,2 pour 1000 sur la ville de Roubaix.

Et pendant que le Maire Marchand répand le sable Citéo pour endormir ses concitoyens, le seul vrai dispositif municipal qui pourrait enrayer la délinquance, à savoir précisément la Police Municipale, est réduite à la portion congrue : 8 policiers municipaux délégués de Lille doivent assurer la sécurité de Lille-Fives, de Lezennes et enfin d’Hellemmes, soit une population de près de 42 0000 habitants.

Comparée aux autres communes de France disposant d’une police municipale et compte tenu de la très forte délinquance, Hellemmes devrait disposer à elle seule de près de 30 policiers municipaux. Elle doit se contenter de trois fonctionnaires. 

Le Front National d’Hellemmes, au vu des résultats peu convaincants du Maire sortant et bientôt sorti, propose de remédier à la situation actuelle en faisant de la sécurité des Hellemmois une priorité :

1) Tout d’abord, il faut rappeler l’Etat à ses responsabilités : le commissariat de Police Nationale doit avoir des horaires adaptés aux usagers. Actuellement, il est fermé tous les midis, tous les mercredis et ouvert de 10 h 30 à 16 h 45 (hors fermeture du midi…) :
Bon courage pour déposer une plainte ! Dans une ville comme Hellemmes, le commissariat doit être ouvert 7 jours / 7 et 24 h /24 !
2) Hellemmes doit être classé en Zone de Sécurité Prioritaire, afin d’obtenir de l’Etat les moyens qui correspondent à son niveau de délinquance.
3) Il faut ensuite monter les effectifs de la police municipale à 28, le nombre minimum pour assurer une continuité du service.
4) Enfin – mais peut-être fallait-il commencer par là ? – il faut rendre à Hellemmes son autonomie par rapport à Lille car les négligences du Maire actuel ont pour origine le fait qu’il soit administrativement un Maire fantoche, qui cache le vrai Maire : Martine Aubry.
Et les Lillois savent ce que Martine pense de la sécurité dans les quartiers populaires : bons pour y installer les Roms mais dégarnis en policiers réservés… au Centre-ville !

Grande-Bretagne : le leader d'un groupe d'extrême droite arrêté

Tommy Robinson EDL

France Info
 
Par Typhaine Morin le 29/06/2013
 
Le chef du groupe britannique d'extrême droite English Defence League (EDL), Tommy Robinson, a été interpellé par la police lors d'une manifestation à Londres, samedi. Le leader de l'EDL avait appelé à manifester en hommage au soldat poignardé à mort le 22 mai dernier dans la capitale britannique. La police avait interdit le rassemblement.         
 
En Grande-Bretagne, le leader d'un groupuscule d'extrême droite a été interpellé lors d'une manifestation en hommage au soldat poignardé à mort en mai dernier. Le chef de l'English Defence League, Tommy Robinson, avait appelé à une manifestation dans le quartier où s'est déroulé l'attentat, Woolwich. La police n'a pas encore confirmé cette information relayée par Sky News
 
La police craignait de "graves troubles à l'ordre public" et avait imposé un nouveau parcours qui évitait ce quartier de l'est de Londres et une mosquée. Robinson avait dénoncé cette décision, et accusé la police de "mettre en place des zones interdites pour les non-musulmans". En vue de cette manifestation de samedi, le gouvernement britannique avait interdit l'entrée sur son territoire à deux militants américains anti-islam qui étaient attendus au défilé de l'EDL. 
 
Ces dernières semaines, et depuis l'assassinat du soldat Lee Rigby, les agressions et incidents contre les musulmans se multiplient. La semaine dernière, une petite bombre artisanale a explosé près d'une mosquée des environs de Birmingham, dans le centre du pays, sans faire de victime ni dégât important. 

L'Union européenne surveillée par les Etats-Unis : écoutes et infiltration informatique


NSA PRISM
 
 
Le 29/06/2013
 
L'Union européenne a fait partie des "cibles" de l'agence de surveillance électronique américaine NSA, accusée d'espionner les communications électroniques mondiales. Une découverte qui fait suite aux révélations d'Edward Snowden.

L'Union européenne  était espionnée par les Etats-Unis. L'UE était dans le viseur de l'agence de surveillance électronique américaine NSA, accusée d'espionner les communications électroniques mondiales dans le cadre du programme Prism, écrit l'hebdomadaire allemand Der Spiegel à paraître dimanche. Der Spiegel fonde ses accusations sur des documents confidentiels dont il a en partie pu avoir connaissance grâce à l'ancien consultant américain de la NSA Edward Snowden, à l'origine des révélations sur Prism.
 
Micros et infiltration du réseau informatique
 
Dans l'un d'eux, daté de septembre 2010, classé "strictement confidentiel", la NSA décrit comment elle espionnait la représentation diplomatique de l'Union européenne à Washington. Il s'agissait non seulement de micros installés dans le bâtiment, mais aussi d'une infiltration du réseau informatique qui lui permettait de lire les courriers électroniques et les documents internes.
 
La représentation de l'UE à l'ONU était surveillée de la même manière, toujours selon ces documents, où les Européens sont explicitement désignés comme des "cibles à attaquer". La NSA avait même étendu ses opérations jusqu'à Bruxelles. Il y a "plus de cinq ans", écrit Der Spiegel, les experts en sécurité de l'UE avaient découvert un système d'écoutes sur le réseau téléphonique et internet du principal siège du Conseil de l'Union européenne, et qui remontait jusqu'au quartier général de l'Otan en banlieue de Bruxelles.

La France perd Alain Mimoun et avec lui, un athlète exemplaire et un patriote authentique

Briois affiche Marine
Front National
 
Communiqué de Presse de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National du 28/06/2013
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons aujourd’hui la disparition d’Alain Mimoun à l’âge de 92 ans.
 
Médaillé d’or pour le marathon des Jeux Olympiques de 1956, vainqueur à de multiples reprises de compétitions nationales et internationales d’athlétisme, Mimoun a permis à la France de briller dans cette discipline.
 
La France perd donc en ce jour un homme exemplaire : ancien combattant, patriote jusque dans les tripes et digne porteur des valeurs du sport, Alain Mimoun restera dans nos mémoires comme un modèle à suivre pour les jeunes générations.

Turquie dans l’Europe: l’arlésienne ?

Gollnisch

Bruno Gollnisch

Le 28/06/2013
 
En février dernier, le Premier ministre turc Tayip Recep  Erdogan manifestait sa colère devant les atermoiements de l’Union européenne sur l’adhésion de son pays à celle-ci. Il rappelait très justement que les premiers pourparlers en vue de l’entrée de la Turquie  dans « l’Europe » datait de 1963, à l’initiative notamment à l’époque du Général De Gaulle. Si  l’on en croit des sondages récurrents,  ce « rêve européen » serait de moins en moins partagé par les acteurs du monde économique   turc et un peuple touranien  qui garde chevillé au corps une solide fierté nationale, tourne ses regards vers le monde asiatique turcophone,  et manifesterait un mépris grandissant pour une  Union considérée, non sans raison, comme déclinante, voire décadente…  
 
Recep Tayip Erdogan jugeait donc   «impardonnable»  et humiliante celle longue station de son pays dans l’antichambre de l’UE, avançant notamment comme raison  que des millions de Turcs vivent déjà dans des pays de l’UE. «Notre coopération et notre solidarité avec l’Europe vont bien sûr se poursuivre, même s’ils ne nous acceptent pas», a-t-il ajouté.
 
Diaspora Turque à laquelle M Eergoan demande de prendre  la nationalité du pays d’accueil  mais sans s’y assimiler, sans abdiquer son  identité, afin   d’y  former une communauté avant tout attentive à la défense des intérêts  de la Turquie. Message identitaire, volontariste, conquérant même,  que l’on peut  comprendre d’un strict point  de vue turc mais qui n’est pas sans inquiéter les Européens concernés…
 
En février toujours, nous notions sur ce blog que  le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius  avait  confirmé à son homologue turc, Ahmet Davutoglu, le souhait de  « la France (de)  renforcer son soutien aux négociations d’adhésion de la Turquie ». «La France est favorable à ce qu’on ouvre la discussion sur ce qu’on appelle le chapitre 22 » (sur les 35 répertoriés) ajoutait M. Fabius, soucieux  notamment  de complaire à une puissance qui ne ménage  pas ses efforts pour faire chuter l’actuel régime laïc en Syrie…
 
Ouverte officiellement en 2005 avec le soutien actif et pressant  des Etats-Unis,  cette  adhésion bloque sur la question du respect des droits de l’homme, des libertés, de Chypre, Etat non reconnu par Ankara et dont la moitié du territoire est occupée militairement par la Turquie depuis l’invasion de 1975.
 
Mardi, lors d'une réunion à Luxembourg,  un accord a été passé entre l’Union européenne et Ankara sur l‘ouverture d’un nouveau chapitre de négociations d’adhésion à partir de  l’automne prochain.  Hier, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré devant le Bundestag  que « la Turquie est un partenaire important »,  qu’elle se « (réjouissait) du résultat ».
 
Pour autant, elle connait le refus massif de l’opinion publique  de voir  ce pays musulman et asiatique de 95 millions d’habitants  à l’horizon 2050,  rentrer dans l’UE.  
 
Aussi, évoquant en filigrane les violences des forces de l’ordre turques contre les manifestants en Turquie,  critiquées par Berlin ces dernières semaines, Mme Merkel a ajouté, que les valeurs défendues par l’Europe ( liberté d’expression, droits de l’homme…)   n’étaient «pas négociables».
 
Notons que MM.  Hollande et Fabius ont   tenu la promesse  faite au régime islamiste au pouvoir à  Ankara  puisque la France  étaient mardi au nombre des  pays  de l’UE favorables à la relance des négociations, contrairement à l’Allemagne, aux  Pays-Bas et  à l’Autriche.
 
La Turquie, a rappelé M. Erdogan  espère toujours  adhérer avant 2023 à l’UE, date symbolique puisqu’elle marquera le  centième anniversaire de la fondation de la République turque.
 
Le Front National aujourd’hui comme hier y est  résolument  opposé. Rappelons ce que disait Bruno Gollnisch : « La Turquie est assurément un grand pays, nous devons avoir avec cette nation les meilleurs relations possibles ». « La France a d’ailleurs été la première à avoir de bonnes relations avec la Turquie, les premiers traités entre les deux pays ont été conclus il y a cinq siècles entre François 1er et Soliman Le Magnifique ; ils ont servi ensuite de modèle aux relations entre les pays de l’Orient et ceux du monde occidental. »
 
Il n’en reste pas moins que la Turquie « n’est pas un pays européen », « ni géographiquement », « ni culturellement», « ni ethniquement », « ni linguistiquement », « ni religieusement. »
 
« Si l’on intègre la Turquie, poursuivait le président de l’AEMN, cela veut dire que cette Union n’est pas européenne, et plus exactement qu’elle n’est en réalité, ce que je crois hélas être l’intention de ses promoteurs, qu’une espèce d’étape géographique ou de secteur d’ un nouveau pouvoir mondial qui se met en place ». « Si on fait entrer la Turquie demain, on fera entrer Israël, le Maghreb et d’autres plus tard. »

Claude Guéant 700.000 euros cash !

Guéant 2
FN 19
Le 21/06/2013
Le magazine Paris Match a publié une information attestant que l’homme politique Claude Guéant aurait acheté un appartement comptant pour la modique somme de… 717 500 euros !
Claude Guéant aurait acheté un appartement cash dans un quartier cossu de Paris pour la somme de 717.500 euros. Selon Paris Match, Claude Guéant aurait acquis un quatre pièces d’une superficie de 90 mètres carré rue Weber, à deux pas de l’avenue Foch, dans le XVI arrondissement de Paris, en 2008. L’homme politique est alors secrétaire général de l’Elysée sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Cette information pose ainsi deux questions majeures.
Alors que le prix du mètre carré dans le quartier très bourgeois où se situe l’appartement avoisine les 10 000 euros, le prix payé par l’ex-ministre de l’Intérieur semble être bien inférieur à la moyenne du marché. Et pour cause, les 717.500 euros payés par Claude Guéant correspondent à un peu moins de 8.000 euros le mètre carré soit une économie de 200.000 euros.
 
La question de la provenance de cette somme importante pose des questions d’autant plus que l’homme politique est actuellement dans un tourbillon médiatique et judiciaire à propos de financements occultes et de primes de cabinets en liquide.
 
Le Canard enchaîné avait en effet révélé des versements à hauteur de 500.000 euros sur les comptes de Claude Guéant ainsi que des versements en provenance de la Jordanie. La possibilité d'un héritage est également envisageable : la femme de Claude Guéant est décédée cette même année, victime d’un cancer.

vendredi 28 juin 2013

Antilles: Jean-Marc Ayrault termine son déplacement dans un climat délétère

Ayrault PS 2

L'Express
 
Par Rémi-Kenzo Pagès le 28/06/2013
 
Jean-Marc Ayrault devait convaincre, à l'occasion de son premier voyage aux  Antilles en tant que Premier ministre. Mission loin d'être accomplie: des  accrochages ont eu lieu ce vendredi en Guadeloupe, où il se trouve après un  passage en Martinique. 
 
Ce vendredi est le dernier jour aux Antilles pour le Premier ministre,  Jean-Marc Ayrault. Après trois jours de déplacement en Martinique puis en Guadeloupe,  le chef du gouvernement ne semble pas avoir convaincu les syndicats. Il y a fort à faire dans  les îles françaises des Caraïbes, où le climat économique et social est dégradé.  Autant voire plus qu'au moment de la grève générale qui avait secoué la  Guadeloupe en 2009, selon Martinique 1ère.  
 
La Guadeloupe, où Jean-Marc Ayrault se trouve ce vendredi,  menace même d'une "explosion sociale", a déclaré Elie Domota, porte-parole du LKP, interrogé par L'Express. Pour lui, les Antillais ne  peuvent "rien attendre" de cette visite: "C'est un non-événement" à ses yeux. Les premières contestations ont d'ailleurs explosé dans la  matinée. Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu.   
 
Et Elie Domota prévoit des grèves dans les jours à venir. "Jean-Marc Ayrault  vit dans une autre réalité" que les Guadeloupéens. "Il est très évasif sur  l'emploi. Il n'a rien changé. Il est venu passer trois jours sous le soleil",  dénonce-t-il, traduisant la déception des Antillais vis-à-vis  de l'action du gouvernement. 

Des mesures pour calmer le mécontentement

Jean-Marc Ayrault est arrivé dans l'île alors que les  stations-services ne servent plus de carburants et exigent des  négociations, rappelle le site de Guadeloupe 1ère. Le chef du gouvernement a dû annoncer de  nouvelles mesures pour renforcer la sécurité des Guadeloupéens. Il en a fait une de ses  priorités. Il en a profité pour inaugurer un nouveau campus de l'Université des Antilles et de la Guyane, un pôle  universitaire qui souffre de financements insuffisants pour couvrir les écarts  géographiques entre les trois départements sur lesquelles sont implantés ses  campus. 
 
En Martinique, où avait débuté mercredi le premier  déplacement du Premier ministre dans les Antilles, son arrivée s'était également  effectuée sous haute-tension, selon le site de la chaîne de télévision publique  Martinique 1ère, dans une île où le taux de  chômage touche plus de 20% de la population active. Lors de ce séjour,  le Premier ministre a annoncé le maintien de la  défiscalisation et des mesures pour renforcer la sécurité des  Martiniquais.

La partielle du Lot-et-Garonne nous le prouve : nous aurons des maires, investissez-vous à nos côtés

Briois conférence
 
Front National
 
Editorial de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National dans la Lettre du Front du 27/06/2013
 
De la partielle du Lot-et-Garonne dont le second tour s’est déroulé dimanche dernier, il y a plusieurs constats à tirer. Tout d’abord, l’usure d’un front républicain grotesque et désuet, qui a le mérite de dévoiler à chaque occasion la complicité de l’UMP et du PS, mais qui se retrouve à chaque fois un peu plus acculé et proche de la défaite.
 
Mais le constat le plus important se fait à l’aune des futures échéances électorales, les municipales et les européennes en 2014, et enfin les régionales et les départementales en 2015.
 
Car si jusqu’à présent le Front National n’était réellement à l’aise que dans les scrutins proportionnels – qui restent évidemment les plus justes et les plus conformes à l’idée que nous nous faisons de la démocratie représentative – il est évident que nous pouvons maintenant nourrir de grands espoirs même dans les scrutins majoritaires puisque les systèmes de verrouillage qui nous freinaient pour ce genre d’élections sont en train de céder, nous rapprochant un peu plus des victoires lors de duels puisqu’Etienne Bousquet-Cassagne est arrivé en tête dans de nombreuses villes et certains cantons de la circonscription.
 
Non seulement le Front National a éjecté le parti présidentiel au premier tour lors des deux dernières partielles, mais à chaque fois il est parvenu à mettre l’UMP en difficulté malgré un soutien sans faille d’une classe politico-médiatique docile et complaisante. C’est la raison pour laquelle nous pouvons l’affirmer : oui, nous aurons des maires Front National. Oui, nous aurons des députés européens et conseillers régionaux encore plus nombreux. Oui nous aurons des conseillers généraux élus au scrutin majoritaire. Pour les aider, les soutenir, participer aux grands combats de demain, il ne vous reste qu’à vous manifester et partager avec nous les futures victoires.
 
Vous pouvez donc dès maintenant nous contacter via cette page « Municipales 2014″ et rejoindre nos têtes de listes pour les municipales à venir.

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°325 du 27/06/2013


Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°325 du 27/06/2013
 

Yamina Benguigui exige un officier de sécurité "issu de la diversité"

Benguigui Yamina
 
Yamina Benguigui, ministre en charge de la francophonie avait exigé au Service de protection des hautes personnalités (SPHP) d'être entourée d'une jeune femme "issue de la diversité" lors de ses déplacements.
 
Toutefois, le service de police lui à répondu négativement au motif que "la police républicaine n'effectue pas de sélection selon le patronyme".
 
Et qui accuse-ton de racisme ?

Trafic de stupéfiant dans le Pas-de-Calais : Les délinquants sont âgés de 11 à 17 ans !

Police Pas-de-Calais
 
Trois enfants de 11 ans et un adolescent de 17 ans ont été arrêtés pour trafic de stupéfiant dans une école à Saint-Laurent-Blangy (Pas-de-Calais) !
 
On pourrait en rire en disant que François Hollande devrait s'en inspirer pour ses "emplois d'avenir"... Mais c'est plutôt un signe, un mauvais signe.
 
Cette information de l'AFP pour incroyable quelle soit pour la plupart des gens, ne doit pas étonner dans les établissements scolaires, les commissariats, les brigades de gendarmerie ou encore les bureaux de nos magistrats.
 
C'est simplement la constatation que nos enfants ne sont plus des enfants et ce, de plus en plus jeunes.
 
Certes, c'est également un problème d'éducation familial : Les policiers venus perquisitionner au domicile du principal accusé (de 11 ans ! ) sont tombé sur le père de famille en train de fumer du cannabis !
 
Toutefois, il est bien évident que nos enfants, même si on essaie par maints artifices de les protéger de toutes ses choses, sont confrontés à ces avilissements.
 
C'est là le résultat le plus voyant de la déflagration morale et éducative de l'école, résultat aussi d'un immense offensive  libertaro-socialiste dirigée par la caste UMPS depuis des décennies et qui vise à inverser les valeurs traditionnelles au seul profit de l'égoïsme individualiste d'une poignée de lobby.

GS

Des policiers attaqués à La Seyne-sur-Mer

Var Matin
 
Le 27/06/2013
 
Un équipage de police a violemment été pris à partie au cours d'une intervention à La Seyne-sur-Mer, a-t-on appris ce jeudi soir. Les faits se sont déroulés dans la soirée de mercredi dans le quartier Berthe, classé en zone de sécurité prioritaire (ZSP).
 
"Les trois collègues intervenaient sur un véhicule en feu quand une dizaine de jeunes leur ont sauté dessus", relate une source policière. "Ils ont été caillassés", les assaillants "sont montés sur le capot", ajoute la même source. Et de qualifier cet événement de "guet-apens", en référence à un piège tendu la veille à des policiers à Toulon.
 
Des patrouilles de la brigade anticriminalité (Bac) et de la brigade de surveillance du territoire (BST) ont été dépêchés sur place pour ramener le calme. La voiture des policiers attaqués a été ramenés au commissariat avec un trou dans la lunette arrière.

Réaction de Marine Le Pen à la mise en examen de Bernard Tapie

Marine officielle fd bleu flamme

Front National
 
Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 28/06/2013
 
Marine Le Pen, qui avait été le premier responsable politique en 2008 à saisir la Cour des comptes sur l’illégalité manifeste de l’arbitrage Crédit lyonnais, se réjouit pour la justice et la vérité de la mise en examen de Bernard Tapie dans le cadre de cette affaire.
 
Elle demande à ce que la justice puisse établir l’intégralité des responsabilités et mette en place une saisie conservatoire des sommes en cause pour préserver la possibilité pour les contribuables d’être remboursés des centaines de millions d’euros litigieux.
 
Elle espère que l’ensemble des acteurs de la « bande organisée » qui ont racketté les contribuables français puissent tomber les uns après les autres, juridiquement, politiquement et moralement.

La république française est laïque et pas halal

Pub-halal Isla Délices

 
Communiqué de presse de Sandrine Ligout, responsable de la XIVème circonscription, candidate RBM à la mairie de Saint-Priest du 28/06/2013
 
Depuis plusieurs jours, nous voyons déferler dans les rues de notre ville des affiches publicitaires vantant une célèbre marque de produits Halal. Cette campagne publicitaire associe la viande Halal avec les symboles et les emblèmes de la république française.
 
Cette publicité est une véritable provocation.
 
En effet, nous pouvons y voir un « coq » symbole de notre identité nationale associé à notre  « devise » républicaine, remanier en: « Qualité-Fierté-Halalité ». Et enfin, le « drapeau tricolore » emblème national de la république depuis 1794.
 
En tant que représentante du Front national, je tiens à dénoncer cette publicité qui ridiculise les emblèmes de la république et bafoue notre identité nationale. De plus, je tiens à rappeler que l’abattage rituel halal ne fait pas partie des us et coutumes de notre pays.

Le canal Seine Nord Europe est bien mort et définitivement enterré !

Guiniot France 3 Picardie
 
 
Communiqué de Presse de Michel Guiniot, Membre du Bureau Politique, Délégué national aux collectivités locales, Président du groupe FN au Conseil régional de Picardie du 28/06/2013
 
La commission  "mobilité 21″ a remis son rapport au gouvernement.
 
Cette commission, composée de parlementaires UMP, PS, UDI et PC, était chargée de définir les priorités parmi les 70 projets d’infrastructure voulus par les collectivités locales.
 
Certains projets sont repoussés à l’horizon 2030 ou 2050. Un des plus emblématique et pharaonique projet de transport fluvial, le canal Seine-Nord-Europe, est définitivement enterré par la commission et le gouvernement.
 
Le coût exorbitant de 7 milliards d’euros pour un canal long de 106 kilomètres, allant de Compiègne à Cambrai, a finalement terrassé cette arlésienne.
 
Depuis des années, le Front National et ses élus dans les collectivités locales notamment en Picardie, ont dénoncé cette opération de communication politique à but électoraliste sur un projet irréalisable.
 
Monté et utilisé par les élus de l’UMP et du PS, cet enfumage n’a eu d’autre but que de faire croire aux populations concernées par le tracé de ce projet, qu’il permettrait de créer des milliers d’emplois dans des régions ravagées par le chômage. Ceci afin d’obtenir les bulletins de vote des demandeurs d’emploi.
 
Aujourd’hui, la vérité éclate enfin et les élus de la caste UMPS ne pourront plus mentir aux chômeurs.
 
Une fois de plus le Front National a osé dire la vérité aux Français qui pourront sanctionner les menteurs lors des prochaines consultations électorales.

Une antenne du TGI à Dole

IMG_3296
 
Monsieur Wambst, maire PS de Dole ne pourra plus trop pretexter du fait que l'insécurité sur la ville progresse en raison de l'absence d'un TGI puisque le ministère de la Justice vient d'annoncer la mise en place d'une antenne du Tribunal de grande instance dans la cité Pasteur.
 
Pour une fois que le ministère de Christiane Taubira va dans le bon sens...

La lutte anti-FN a du plomb dans l'aile !

Ardisson

FN 36
 
Par Françoise Moulin-Lerat le 27/06/2013
 
Dans l'émission "Salut les terriens" de samedi 22 juin, on se serait cru sur un ring de boxe, à une différence près c'est que le représentant du FN, Florian Philippot, n'avait pas qu'un adversaire mais plusieurs. Parmi les plus virulents au cours ce match inique citons :
 
-  Julie Delpy qui gagne à ne pas être connue,
- Jean-François Kahn journaliste qui gagnerait à ne plus être connu, et Thierry Ardisson qui s'efforçait de mettre de l'huile sur le feu, histoire de faire de l'audimat, en se mettant du côté des frappeurs.
 
Etaient également présents :
 
- Une élue  PS de Marseille pas trop virulente et pour cause : le naufrage de la politique de sa caste en fait taire quelques-uns.
- Mathieu Madénian plus trop virulent contre le FN et pour cause : il vient d'être condamné par le tribunal pour avoir dit que s'il y avait 18 % de personnes qui votaient FN, c'est qu'il y avait 18 % de « fils de putes ».(La claque qu'il a reçu semble avoir  momentanément fait son effet. Qui osera dire que les punitions ne servent à rien ?)
 
Julie Delpy s'est montrée insultante, vulgaire, outrancière, serrée dans son corset  d'actrice de seconde zone. Que de mal pour elle à quitter son accoutrement et à se fendre d'un raisonnement plausible ! Et ce doigt accusateur en l'air, pourquoi pas le poing ? Haineuse devant un Florian Philippot imperturbable qu'elle accusait d'être haineux !
 
N'oublions pas l'infatigable Jean-François Kahn qui déploie depuis longtemps beaucoup d'énergie pour lui aussi faire tomber le FN. L'entendre dire à Florian Philippot que le FN critique tout prête vraiment à sourire et s'avère contradictoire avec sa propre attitude, lui qui critique tout le monde : le Figaro, le Syndicat de la Magistrature, la gauche bobo, Hollande etc.
 
Lire Le tweet de Jean-François Kahn : « Marine Le Pen vous dit un grand merci » (avril 2012)... Tout le monde en prend pour son grade au motif que tout le monde fait monter le FN ! Pour resituer le personnage, il s’agit bien de celui qui avait qualifié l’affaire DSK de simple « troussage de domestique »…
 
Alors pour rassurer Jean-François Kahn à l'énervement chronique disons qu'en France tout va très bien : pas de chômage, pas de pauvres, pas d'insécurité, pas de dettes, pas d'illettrés ... affamés de tous pays venez chez nous !
 
Heureusement le tir groupé à boulets rouges essuyé par Florian Philippot, resté calme alors qu'on s'acharnait sur lui, relève du combat d'arrière-garde de peu d'intérêt.
 
Le lendemain 22 juin à Villeneuve sur Lot, on a pu constater qu'au cours de l'élection législative, la ligue UMP-PS plus gauches extrêmes a vécu, car remporter la victoire à 53,76 % contre le FN seul contre tous obtenant 46,24%, c'est loin d'être glorieux pour les coalisés de l’UMPS.
 
Lundi 24 juin, Louis Aliot ne se trompait guère en disant :"c'est un échec du Front Républicain, ça ne fonctionne plus". Et oui, le Front Républicain a du plomb dans l'aile !
 
Et maintenant par médias interposés on se chamaille : le PS dit que c'est la faute à l'UMP, et l'UMP que c'est la faute au PS. Pitoyables ! Révisez vos partitions ou accordez vos violons !
 
Pierre Laurent secrétaire du PCF déclare quant à lui que c'est un "vote de dépit". (Encore un qui n'a rien compris). On ne peut que lui rétorquer une chose :"Cause toujours mon coco !"

Longevelle-sur-le-Doubs (25) : La colère du menuisier cambriolé

Gendarmerie Logo VL

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Par Françoise Jeanparis le 28/06/2013
 
Les cinq véhicules de la menuiserie Devaux à Longevelle-sur-le-Doubs ont été vandalisés et dévalisés le 16 juin. C’est le sixième casse subi en deux ans par l’entreprise. Le patron fulmine. Les cinq véhicules de la menuiserie Devaux à Longevelle-sur-le-Doubs ont été vandalisés et dévalisés le 16 juin. C’est le sixième casse subi en deux ans par l’entreprise. Le patron fulmine.
 
« Cette entreprise, je l’ai montée de mes mains. J’ai bossé dur pour y arriver. Alors quand on s’en prend à mon outil de travail, ça me met d’une colère noire ». Patrick Devaux est le patron de l’entreprise du même nom implantée sur une zone artisanale à quelques encablures de Longevelle. Entre forêts et prairies le long de la Départementale 463 qui rejoint L’Isle-sur-le-Doubs. Le site est tranquille. À l’écart de toute agitation urbaine. Et des regards… « C’est vrai », concède volontiers le menuisier. « Mais la tranquillité du site ne signifie pas que nous sommes forcément dans la ligne de mire des gens malveillants. L’entreprise est installée sur ce site depuis 23 ans. Pendant 20 ans, pas le moindre souci. Les problèmes sont récents mais dénotent, à tout le moins, d’une montée de fièvre de la délinquance ».
 
L’an dernier, la menuiserie a été cambriolée à quatre reprises en trois mois. À cette série s’ajoute un vol dans un véhicule. Dans la nuit du 15 au 16 juin, nouveau coup de Trafalgar délictueux. Les cinq véhicules de la menuiserie, qui emploie une dizaine de salariés, sont forcés. Les casseurs raflent l’outillage qui y était stocké : rabots, visseuses, scies circulaires, perforateurs et on en passe. Préjudice ? Environ 7000 euros. Ressenti ? « Beaucoup de colère. Sans trembler de trouille ni tomber dans la paranoïa, parce que ça n’est pas mon genre, on se demande ce qui nous attend quand on arrive au travail le lundi matin ».
 
Bien sûr, Patrick Devaux a porté plainte à la gendarmerie « tout en sachant que je peux faire une croix dessus. Je ne me fais guère d’illusions ». Sa plainte, elle n’a pu être enregistrée qu’une semaine après la commission des faits. « Je ne jette pas la pierre aux gendarmes qui font ce qu’ils peuvent avec des effectifs qui ne sont pas pléthores mais aux politiciens qui ne donnent pas aux services de l’ordre les justes moyens pour conduire leurs missions ». Et vlan. C’est dit.
Des gendarmes débordés, avec du boulot par-dessus la tête
 
« Le dimanche soir, quand j’ai découvert le casse, j’ai alerté le centre d’appels de la gendarmerie », ajoute le chef d’entreprise. « Le lundi, je me présentais à la brigade pour déposer plainte. Nous étions plusieurs en même temps. Les gendarmes étaient débordés. Avec du boulot par-dessus la tête. Ils manquent sévèrement de moyens ». En même temps, Patrick Devaux constate un brin amusé ou irrité -c’est selon-, que « des moyens en hommes, il y en a sur les routes quand il s’agit de verbaliser les automobilistes et de nourrir les caisses de l’État ! » Pas faux…
 
Maintenant, ce sixième casse lui reste en travers de la gorge. Comme une arrête qui titille et irrite. « Ce qui me déplaît, me dérange » , dit-il, « c’est la banalisation actuelle des cambriolages. Bon voila, un de plus sur la liste, semble dire la société. Pour moi, pour les victimes, c’est tout sauf banal ».