samedi 31 août 2013

La Garantie Jeunes, c’est d’abord pour les « djeunes » !

Casier judiciaire recommandé.
Le gouvernement Ayrault lance en cette rentrée la « Garantie Jeunes » : 483 euros versés aux moins de vingt-cinq ans sans travail. En d’autres termes, le RSA étendu à toute une classe d’âge. Pour l’instant, à titre « expérimental ». A défaut d’être triés sur le volet, les cobayes seront, pour beaucoup, choisis sur casier. Une prime à la « probation » chère à Taubira ? Même pas. Ordre de Bruxelles.
On avait fini par l’oublier, coucou le revoilou ! A la manoeuvre de cette nouvelle charge sociale (pour les contribuables qui bossent) se trouve le tout nouveau « Monsieur Pauvreté » du gouvernement, François Chérèque, qui a présidé pendant dix ans aux destinées de la CFDT et s’est métamorphosé en haut fonctionnaire par la grâce du conseil des ministres.
Depuis trente ans, les gouvernements, dont les décisions détruisent les emplois, dépensent une partie de leurs emprunts pour financer une politique de communication. Objectif : faire croire qu’ils luttent contre le chômage. En d’autres termes, balader des générations de jeunes chômeurs de sigles en sigles. Stages d’initiation à la Vie professionnelle (SIVP), Préparation active à la qualification et l’emploi (Paque), Trajets d’accès à l’Emploi (Trace), Contrat d’insertion dans la vie sociale (Civis), Contrat d’autonomie, Revenu contractualisé d’autonomie (RCA)… La liste est longue de ces « dispositifs » qui, tous, ont échoué.
On ne change pas une formule qui perd
Jugement sévère de méchant libéral ? Non, aveu du premier ministre dans son courrier du 6 février 2013 à la Directrice générale de l’emploi et de la formation professionnelle. Aucun de ces dispositifs n’a « jamais résolu la double problématique : sortir de la pauvreté et bénéficier d’un accompagnement intensif jusqu’à l’emploi durable ».
Moyennant quoi, depuis un an, le gouvernement socialiste persévère dans la même voie : Emplois d’avenirContrats de génération, développement des contrats aidés… Autant de projets financés par l’argent public. Tous promis à la même absence de résultats durables.
C’est dans ce contexte qu’est apparu l’ancien secrétaire général de la CFDT, François Chérèque. A peine démissionnaire de son syndicat, il a été nommé par François Hollande, le 7 janvier 2013, Inspecteur général des Affaires sociales. Avant lui, Fadela Amara avait bénéficié de ce coup de baguette magique républicaine qui permet de toucher 7 250 euros net par mois. Une belle augmentation par rapport aux 4 500 euros versés par la CDFT.
Un bonheur n’arrivant jamais seul, François Chérèque est devenu, cinq jours plus tard, président du « think tank » socialiste Terra Nova. Les financiers de Terra Nova ? Areva, le groupe CasinoEADS,SanofiEDFSuezMicrosoftVivendi… De vrais socialistes !
Depuis sa nomination, François Chérèque n’a eu de cesse de consciencieusement œuvrer à concrétiser un projet qui ne doit rien à l’Etat français et à peu près tout à Bruxelles : l’extension du RSA aux moins de vingt-cinq ans sous le nom sympatoche de « Garantie Jeunes ».
C’est en effet suite au Conseil européen de juin 2012 et à ses préconisations écrites que le Conseil interministériel de lutte contre les exclusions a avalisé cette garantie. En d’autres termes, si la France socialiste crée ce dispositif, financé en partie par emprunt auprès des banques internationales, c’est sur instruction supranationale. Le pauvre doit rapporter aux riches.
La Garantie Jeunes n’est rien d’autre, en fait, que le RSA étendu aux moins de vingt-cinq ans. En contrepartie de quoi, le bénéficiaire s’engage à venir aux convocations d’un travailleur social (qui lui doit son emploi) et d’accepter la formation ou le stage proposé. Bref, rien de nouveau sous le soleil des Missions locales.
Au gouvernement, on cause engliche
Ce qui est plus singulier, en revanche, c’est le public visé. Il s’agit des « NEETs ». Kesako ? Un terme anglo-saxon, très en vogue en ce moment dans l’administration française, et qui signifie : « Not in Education, Employement or Training ».
En Français courant, il désigne ceux qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni au travail. Et qui perçoivent, eux ou leur famille, moins de 483 euros par mois.
Cet acronyme est couramment utilisé dans les textes de l’Union européenne et a été pieusement repris par le rapport gouvernemental, co-signé d’un certain Marc Gurgand, Paris School of Economics ! Welcome in Paris, France !
Et ce rapport tient à souligner nommément quel public, parmi ces « NEETs », devra bénéficier de la manne étatique. On vous le donne en mille : les jeunes en « sortie de mesure judiciaire ». Une sorte de Garantie « Djeune » en quelque sorte…
Le dispositif sera testé dès cette rentrée dans dix départements qui se sont portés volontaires. Il s’agit généralement de départements comme la Dordogne ou le Vaucluse, dont les exécutifs socialistes, bien incapables de créer le moindre développement économique réel, se précipitent à chaque nouvelle occasion sur les subventions.
En 2014, dix autres départements rejoindront les heureux gagnants. Côté « jeunes », ils devraient être 100 000, fin 2014, à percevoir cette garantie. 100 000 sur un public total de 850 000. Même pas 12 %… C’est dire l’intérêt d’une mesure qui va quand même coûter aux Français une somme que le gouvernement affirme ne pas pouvoir estimer pour l’heure. C’est bien la peine d’avoir fait l’ENA ! On va les aider : 100 000 jeunes à 483 euros par mois, cela fait un coût maximal annuel de 580 millions d’euros.
Certes, tous les jeunes ne percevront pas le maximum de la garantie, mais l’addition devrait quand même dépasser les 300 millions par an. Seulement 2 % du déficit de la Sécurité sociale.Pourquoi se priver…
Par Yves Theurin le 28/08/2013
Article de l’hebdomadaire “Minute” du 28 août 2013 reproduit avec son aimable autorisation. Minute disponible en kiosque ou sur Internet.

Onze étrangers s'évadent du centre de rétention du Bois de Vincennes

Les immigrés sont parvenus à découper un grillage aux alentours de deux heures du matin...

Onze étrangers en situation irrégulière se sont enfuis dans la nuit de vendredi à samedi du centre de rétention administrative (CRA) duBois de Vincennes à Paris, a-t-on appris samedi de sources concordantes, confirmant une information du Parisien.
Selon une source proche du dossier, les immigrés, dont la nationalité, l'âge et le sexe n'ont pas été précisés, sont parvenus à découper un grillage aux alentours de deux heures du matin. «Le chef du centre a immédiatement pris toutes les mesures pour enrayer cette faille», a assuré une source policière.

Evasions fréquentes

Les évasions de retenus sont relativement fréquentes, a précisé la source proche du dossier, qui a comptabilisé quatre évasions ces huit derniers mois. «Mais autant en une seule fois, c'est extrêmement rare, en général c'est une ou deux personnes», a-t-elle ajouté. Le CRA de Vincennes, situé dans le 12e arrondissement de Paris, avait brûlé en juin 2008 lors d'émeutes ayant éclaté au lendemain de la mort d'un retenu tunisien, décédé selon les autorités d'une crise cardiaque.
Une cinquantaine de personnes avaient profité du sinistre pour prendre la fuite. Fermé plusieurs mois, ce CRA avait alors subi d'importants travaux de rénovation et a rouvert en novembre 2010. L'année dernière, sept clandestins s'étaient enfuis de ce centre en profitant de la relève des surveillants.
Avec AFP

Réforme Taubira : les voyous dehors… Mais hors de la prison !

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici. 
 
Par Gabrielle Cluzel le 31/08/2013
Si le dispositif sur les peines probatoires en lieu et place de la prison prévu par Christiane Taubira venait à être appliqué, pas moins de98% des condamnations actuelles seraient concernés. C’est ce que révèle Alain Bauer, proche de Manuel Valls et ancien grand maître du Grand Orient, que nul ne peut soupçonner, n’est-ce pas, d’accointance avec l’extrême droite réactionnaire.
Pour en bénéficier, il faudrait avoir commis un délit passible d’une peine d’emprisonnement inférieure ou égale à cinq ans. Autant vous dire que, dans le lot, il n’y a pas que des voleurs de Malabar à l’étalage. Il y a même du lourd.
On ouvre grand les portes, et hop, on pousse gaiement vers la sortieles trafiquants d’armes et de stupéfiants, les proxénètes, les délinquants sexuels pourvu qu’ils n’aient pas encore violé, les auteurs de coups et blessures, les meurtriers involontaires, les cambrioleurs et les receleurs, j’en passe et des bien pires. Allez, amusez-vous bien, les petits, et surtout soyez sages.
Mais attention, dans sa grande sagesse, Christiane Taubira n’a pas l’intention de laisser s’égayer ce gentil pensionnat dans la nature sans un peu de surveillance. Ils pourront, selon le cas, bénéficier de soins, d’une formation ou d’un stage. Même si, bien sûr, il leur restera un peu de temps libre pour pratiquer leur hobby favori. Forcément, hein, ce ne sera pas non plus le bagne. Ainsi formée et soignée, cette population qu’aucune peine de prison n’arrive à convaincre de ne pas récidiver verra ses mauvais penchants se dissiper d’un coup. La compréhension plus forte que la coercition.Cela fonctionne merveilleusement bien, surtout dans la Bibliothèque rose.
Tony Meilhon, le meurtrier de Laetitia Perrais, et plus près de nousMarwan Rezgui, l’assassin présumé de Jacques Blondel, peuvent même témoigner : ils ont tiré grand profit du temps libre que leur a laissé leur condamnation avec sursis assortie d’une mise à l’épreuve.
Alors évidemment, grâce à cette idée de génie, on va régler – temporairement au moins – la crise du logement dans l’univers carcéral. Les locataires s’étant barrés, les matons vont pouvoir faire le ménage en grand et regarder la télé. C’est vrai, au fait, que va-t-on faire de toutes ces prisons vides ? Eh bien, on va y entasser les braves gens. Tous ceux qui redoutent déjà de se promener seuls dans les rues désertes et de retirer de l’argent dans le distributeur du coin, et que cette nouvelle réforme va transformer en cibles ambulantes. Sous les verrous, bien à l’abri derrière les miradors, ils seront enfin en sécurité. Les prisons vont devenir des bunkers, des places fortes, rentrez vite vous mettre à l’abri avant qu’on remonte le pont-levis. Montrez-vous prévoyant, réservez d’ores et déjà votre cellule car les places risquent d’être chères.

Lille: multirécidiviste, une automobiliste sans permis et en état d’ivresse fonce dans la foule et fait vingt-trois blessés

La conductrice aurait, devant les policiers, invoqué une crise de panique. L’artère, envahie de fêtards en cette veille de Braderie, n’était pas fermée à la circulation. La conductrice, en état d’ébriété et sans permis, prise à partie après avoir touché un premier piéton, aurait paniqué et foncé dans la foule, avant d’être immobilisée par des passants.
« Il s’est passé quoi ? », articulent les badauds passablement éméchés en longeant l’impressionnant cordon policier. Protégés de la cohue, le Samu et les pompiers s’activent autour de nombreuses victimes allongées sur le trottoir. Il est 2 h 30, samedi matin. quelques heures avant le début de la Braderie. Tandis que la fête continue devant les cafés de la rue Masséna, les blessés sont dirigés vers les hôpitaux de la métropole lilloise, Saint-Philibert, Saint-Vincent de Paul et le CHR. Vingt-trois personnes en tout, fauchées quelques minutes plus tôt par une Logan folle.
On apprenait cette fin de matinée que sur les 23 personnes hospitalisées cette nuit, 16 étaient sorties de l’hôpital, souffrant de contusions et léger traumatismes. Aucun blessé grave n’est à signaler.
Course-poursuite
Selon des témoins, la voiture venant de la rue Nationale s’engage autour de 2 h dans la rue Masséna. L’artère, si prisée des étudiants en goguette, est comble en cette veille de Braderie. Les fêtards débordent des trottoirs sur toute la chaussée. La Dacia progresse à grand-peine. Jusqu’à rouler sur les pieds d’un jeune, selon Julien, qui a assisté à la scène : «La conductrice lui a arraché sa chaussure, et elle a continué sa route. Des gars ont commencé à la prendre à partie, à s’approcher de sa voiture, et elle est partie tout droit. Il y avait au moins cinquante personnes qui la coursaient. »
Arrêtée par la foule
Paniquée, l’automobiliste percute de nombreux jeunes avant d’être immobilisée par une foule menaçante. Les vitres de la Logan sont brisées, le contact coupé. « Si la femme s’est pas fait lyncher, elle a eu de la chance », estime Julien.
Une heure plus tard, sur le trottoir, les jeunes passants chantent, rient et trinquent. Certains croient à une bagarre. D’autres, souvent des amis des victimes, ont le regard fixe. Un patron de bar se désole : « Ça fait des années qu’on demande à la mairie de fermer la rue à la circulation dès le vendredi. On nous répond que la Braderie commence le samedi, pas le vendredi. Mais vous avez vu ce monde ? Après, on va encore dire que c’est notre faute… »
Multirécidiviste
La conductrice, une nordiste de 38 ans, conduisait en état d’ébriété « léger » et sans permis. Elle affiche 30 mentions sur son casier judiciaire pour conduite en état d’ivresse et conduite sans permis. Elle a été placée en garde à vue.
La présence policière sera renforcée dans ce secteur durant la braderie et la circulation pourrait même y être fermée a annoncé ce matin le procureur de la République lors d’une conférence de presse en préfecture.
Le 31/08/2013

Contre la culture du mensonge, la culture de la France !

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici. 
Par Aymeric Chauprade le 22/08/2013
Une nouvelle fois, après l’Irak, la Yougoslavie et la Libye, l’Occident a recours au mensonge le plus grossier qui puisse être : l’accusation d’usage d’armes de destruction massive.
La vérité est que le régime syrien est en train de gagner la bataille contre les terroristes islamistes et qu’il n’a pas besoin d’armes chimiques pour cela. Fort du soutien de l’Iran, du Hezbollah libanais et de la Russie (soutien politique sans failles), il est en train d’écraser son opposition islamiste, minoritaire dans le pays (bien que les sunnites soient majoritaires) et cela face à une rébellion islamiste internationale qui n’a plus d’autre issue que de tenter d’impliquer la France, le Royaume-Uni et les États-Unis dans la guerre.
Il faut dénoncer avec la plus grande fermeté ce mensonge de la rébellion islamiste et son soutien par le gouvernement français, soutien qui s’apparente autant à une trahison des intérêts de la France qu’à un crime contre la paix internationale.
Plus que jamais, il devient urgent de libérer la France des forces hostiles qui se sont installées au sommet de l’État, alors même que l’immense majorité de ceux qui servent cet État, dans les échelons subalternes, sont restés loyaux à la France et au Bien commun des Français.
J’appelle donc tous les patriotes français, de droite comme de gauche, à démonter ce mensonge et à rallier le projet d’un monde multipolaire fondé sur la souveraineté des peuples et le dialogue des civilisations, projet porté avec force par le Président Poutine en Russie, et soutenu par la Chine, l’Inde, l’Iran et bien d’autres pays émergents. C’est avec le soutien de ces pays que tous les patriotes européens contribueront à l’éviction de cette oligarchie mondialiste, arrogante et cynique.
Cette oligarchie financière et ses serviteurs dévoués, placés à la tête des partis de gouvernement, qui a laissé partir l’or des banques centrale américaine et européennes en Asie, qui détruit la monnaie par une politique folle de la planche à billets, qui a soumis les peuples américain et européens à un hyper-endettement ne laissant aucun espoir d’inversion, qui plonge les pays d’Europe les uns après les autres dans la banqueroute (Grèce…) pour mieux piller leurs actifs stratégiques (pétrole, gaz, or, minerais…), qui ment aux peuples sur la réalité de la situation économique, sur le déclin évident de puissance, sur la nouvelle hiérarchie mondiale. Pour survivre aux terribles bilans que finiront par dresser les peuples, cette oligarchie là semble n’avoir plus d’autre échappatoire que la guerre.
Le scénario des guerres mondiales du XXe siècle peut hélas se répéter : la même oligarchie est en train de dresser les mêmes peuples les uns contre les autres – les peuples d’Europe du Nord contre ceux du Sud mais aussi les peuples d’Europe de l’Ouest contre la Russie - toujours avec la même stratégie : promouvoir les idéologies de destruction, hier le bolchévisme et le nazisme (pour anéantir l’Europe), aujourd’hui le nihilisme gauchiste (Femen, “théorie du genre”) et l’islamisme, lequel, avec l’appui des États-Unis et de leur jouet européen (la “diplomatie” de l’Union européenne), a créé le chaos en Tunisie, en Libye, en Syrieet maintenant en Égypte.
Le temps des choix est venu. Et choisir c’est abandonner le monde idéal sans tache des adolescents. Il est en effet facile de tout condamner pour ne pas avoir à choisir, au motif d’insatisfactions idéologiques ou d’excès. Il est plus difficile d’avoir le courage de choisir son camp quand on sait que celui-ci est loin d’être exempt de tout reproche.
En Syrie comme en Égypte, il faut choisir les gouvernements patriotiques contre les islamistes. Certes ces gouvernements patriotiques répriment violemment, mais lorsqu’un pays sombre dans le chaos, c’est violence contre violence. Il suffit d’ailleurs de voir comment le Ministre Valls a fait récemment usage de la violence, de manière totalement disproportionnée, contre des familles catholiques qui manifestaient pacifiquement, pour imaginer ce qui pourrait se passer en France si l’État sombrait dans le chaos ! Mais nous savons qu’en France, depuis longtemps et bien avant le retour des socialistes, nous avons quitté l’État de droit pour entrer dans l’État du “deux poids deux mesures” (aux anciens Français, surtout quand ils sont catholiques, la sévérité implacable, aux nouveaux, l’excuse et l’impunité permanentes…).
En France, ces barrières idéologiques qui séparent encore partisans d’une économie libre sans dirigisme et partisans d’une économie libre avec dirigisme, partisans de la laïcité républicaine orthodoxe et partisans de l’identité chrétienne, devront tomber au profit de la seule réalité charnelle qui vaille le combat et l’unité : la France, sa civilisation menacée par l’islamisation et l’africanisation, son État menacé par la banqueroute, sa place dans le monde effacée par le mondialisme, sa prospérité fragilisée par la montée des économies asiatiques. Le principe de réalité devra s’imposer : sacrifier son petit parti “pur”, sa petite mouvance “idéalement conforme” à ce dont on rêve, au profit de la seule dynamique politique capable, autour d’unepersonnalité forte et légitime, héritière d’un demi-siècle de combat national et d’annonces visionnaires, de coaliser des forces venant d’horizons différents, de sensibilités variées, mais mues par un seul impératif : empêcher la disparition de la France dans ce qu’elle est (son identité) et dans ce qu’elle a (sa puissance économique, géopolitique, culturelle…).
C’est désormais ce principe de réalité qui commandera mes choix à venir, et qui m’amènera, sans jamais me renier, à me séparer du “monde idéal où l’on est toujours d’accord avec soi-même” pour entrer dans le monde du choix et donc aussi du sacrifice.
Le temps presse. Chaque année qui passe, la réalité démographique intérieure et extérieure atténue davantage l’espoir que la France puisse reprendre en main son destin. Il ne suffit plus de comprendre le monde et d’en dénoncer le mensonge (économique, sociétal, géopolitique…) imposé par les “troupes d’occupation mentale” (les médias), il faut passer à l’action politique ! Il n’y a d’autre issue que de favoriser le plus rapidement possible le retour à un projet national, souverain, défenseur de notre identité et des valeurs qui fondent notre civilisation.

Hollande et la guerre en Syrie

Notre maréchal Hollande repart en guerre , contre la Syrie cette fois.
Au Mali ,il avait gagné un point dans les sondages ,comme le risque est beaucoup plus grand pour la Syrie , peut être espere t-il cinq points. 75% des francais sont contre ,ce n’est pas grave , il est élu par la volonté du peuple , le peuple se pliera.
Je remarque simplement que les observateurs de l’ONU ne sont pas rentrés que déja on va attaquer .En 2002 ,à la demande de ces mêmes Américains ,une coalition mondiale a envahie l’Irak à la recherche d’armes chimiques ,à ce jour on na rien trouvé. Un tribunal d’exeption aprés avoir jugé le couple dirigeant Roumain la fait mitraillé devant les caméras du monde entier suite à la découverte de massacres à Timissaora. Il a été prouvé par la suite que les corps exposés pour justifier le jugement avaient été déterrés au préalable.
Ou est la vérité ? En Irak ,actuellement ,1000 morts par mois ,on n’en parle plus ,la Tunisie ,l’Egypte ,la Lybie ,tous ces pays libérés par l’occident explosent ou vont explosés avec des centaines de milliers de morts. Ou est la solution .
Nos dirigeants ne comprennent pas que la soi-disante démocratie occidentale ne s’exporte pas dans les pays musulmans. Un responsable du conseil supérieur musulman de France a dit récement ,je cite « Ce n’est pas l’islam qui doit se rapprocher de la société mais la société qui doit se rapprocher de l’islam ». Une guerre régionale risque de se déclarée avec la Syrie ,l’Iran ,Israél ,Liban et la Turquie ,puis éventuellement les Russes.
Malgré une baisse constante de nos budgets militaires ,notre maréchal se fait belligérant ,tout cela pour éviter que l’on parle de sa fausse réforme des retraites. Je ne mélange pas tout , mais dans un esprit tordu comme le sien ,on peut s’attendre à tout.
Par Christian Bourgeois, militant du FN39 le 28/08/2013

Réforme pénale : Louis Aliot dénonce "une dérive idéologique"

Le vice-président du Front national Louis Aliot a critiqué la réforme pénale, dont la version définitive a été présentée vendredi par Jean-Marc Ayrault.

"Ce n'est pas en vidant les prisons des malfrats que l'on va réduire l’insécurité et résoudre le problème de la surpopulation carcérale", a estimé samedi Louis Aliot au micro de RTL.
Le vice-président du Front national (FN) a vivement critiqué la réforme pénale présentée vendredi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Si Manuel Valls affirme que cette loi va "mettre fin au laxisme" instauré par la précédente majorité, Louis Aliot n'est pas de cet avis. "Je pense que c'est l'inverse", a commenté le conseiller régional du Languedoc-Roussillon.
"Cette réforme met en péril les honnêtes citoyens"
"Cette réforme met en péril les honnêtes citoyens, a-t-il assuré, et laisse les voyous en toute impunité dans la rue". Le Front national réclame "un grand plan 'prison', tout en continuant la lute contre l'insécurité". Il n'y a, selon Louis Aliot, "pas assez de place de prison" en France, et "pas assez de policiers pour assurer la sécurité" des citoyens.
Le 31/08/2013
RTL

« Pas cool »

Le député socialiste, proche du courant de la Gauche socialiste et président du conseil général de l’Essonne, Jérôme Guedj, a choisi de diffuser hier sur les réseaux sociaux la lettre manuscrite, anonyme, « pas cool » dit-il,   qu’il a découverte dans son courrier.  Une missive  peu aimable et à la vérité insultante en ce qu’elle remet en cause son  patriotisme et son attachement à la nation française. Il y est invité à siéger « à la Knesseth » (parlement israélien) et à prendre  « Un Paris-Tel Aviv sans retour! ». L’émotion de M. Guedj est bien compréhensible. 
Pour autant,  depuis des années, et notamment au plus fort de la diabolisation du FN orchestrée par les partis et officines  du Système, notamment de gauche et d’extrême gauche, les médias ont relayé jusqu’à plus soif  les appels au lynchage, si ce n’est physique (encore que) du moins moral de l’opposition nationale.
Cette campagne de haine, plus ou moins larvée et constante,  s’est traduite par des  agressions , des manifestations violentes, des attaques des réunions  du FN mais aussi  par des insultes publiques parfois monstrueuses sur les antennes, dans les colonnes des journaux…
En conséquence de quoi et fort des réflexes pavloviens et  grégaires d’esprits débiles  et influençables , les courriers/courriels injurieux et menaçants  n’ont pas été épargnés non plus aux dirigeants frontistes. Ils en  reçoivent toujours  régulièrement sans pour autant se faire un devoir de les publier. A chacun sa pudeur et  son style.
Proche de Manuel Valls, son successeur à  la  mairie d’Evry et président de la Communauté d’Agglomération Evry Centre Essonne, Francis Chouat,  n’a pas manqué de réagir également au courrier reçu par M. Guedj, exprimant  « son effroi à la suite des menaces racistes et antisémites ».
Coup de pied de l’âne, M.  Chouat a tenté d’y voir une offensive générale contre les élus socialistes « de la diversité » et/ou perçus comme appartenant à une communauté. Il  a profité de l’occasion  qui lui était offerte pour donner un écho aux propos  du  député de Seine-et-Marne et porte-parole du Parti socialiste, Eduardo Rihan-Cypel,  qui affirme avoir reçu  « récemment  plusieurs lettres avec des dessins de croix gammées ». Suivez son regard…
Dans la dépêche que plusieurs médias ont relayé aujourd’hui il est précisé que conjointement  avec le Conseil général de l’Essonne, Jérôme Guedj a notamment créé cette année (en févier 2013) , le « Prix Ilan Halimi contre l’antisémitisme qui vise à récompenser toute initiative visant à déconstruire les stéréotypes antisémites ». « Ici, ce n’est pas de communauté qu’il s’agit écrivait-il alors , mais de la République. La République qui émancipe, libère et protège. La République du vivre ensemble et de la fraternité. »
Amour de la République du Vivre ensemble et de la Fraternité qui avait conduit en novembre dernier ce député socialiste (en compagnie de ses collègues  Patrick Menucci, Yann Galut, J, Sébastien Denaja, Nicolas Bays et Anne-Yvonne Le Dain) à écrire au écrit ministre de l’Intérieur pour demander « la dissolution immédiate » ( !) de l’Institut Civitas.
La réponse appropriée selon lui à l’évacuation  lors d’une manifestation pour la défense de la famille traditionnelle organisée  par cet institut,  de la  dizaine de membres de FEMEN, arborant des cornettes de bonne sœur et totalement nues à l’exception d’une simple culotte, le corps couvert de slogans « pro-gays ». Dernièrement encore, le député socialiste de l’Essonne, invitait nos compatriotes à accueillir les Roms arguant  qu’ « On ne gagnera pas à rejeter des concitoyens européens».
Ce qui est certain affirme Bruno Gollnisch c’est  qu’on ne  gagnera rien non plus à tiers-mondiser plus avant la France en renonçant aux valeurs de notre civilisation helleno-chrétienne,  en la livrant aux haines intercommunautaires générées mécaniquement par l’immigration de peuplement. Celle-ci importe chez nous et en Europe des conflits étrangers,  notamment  israélo-arabe. L’AFP rappelait début août, le cas de « la ville de Malmö, troisième ville de Suède », dans laquelle «  les attaques contre les Juifs   amènent des membres de la communauté à s’interroger sur leur avenir dans une cité pourtant réputée pour son multiculturalisme. »
« En général, mais pas à chaque fois, les auteurs d’actes antisémites sont des jeunes hommes originaires du Moyen-Orient, (indiquait)  Jehoshua Kaufman, membre de la congrégation juive de Malmö », ville où « Environ un tiers des 310.000 habitants de Malmö sont nés à l’étranger, principalement en Irak, en Bosnie, au Liban, en Iran et en Turquie, ainsi qu’au Danemark voisin »…
Oui l’immigration-invasion « c’est pas cool », et  plutôt que de se lamenter sur des courriers reçus, il s’agirait  des’attaquer aux causes du phénomène plutôt qu’aux conséquences. Cela nécessiterait il est vrai un changement de cap politique dont le PS est devenu structurellement totalement incapable.
Le 30/08/2013

Ce que l'été laisse présager de la saison politique à venir

Editorial de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National dans la Lettre du Front du 30/08/2013
Après une courte interruption de la publication de la Lettre du Front, nous reprenons cette semaine l’édito en préambule à cette rentrée politique. L’été n’aura pas été avare en actualités sociales et politiques et en dit long sur la densité de la saison politique à venir.
La majorité présidentielle comme la fausse opposition UMP se seront distinguées par leur traditionnelle inconséquence.
Du côté de l’UMP, on semble avoir comme priorité de faire le « bilan négatif » du mandat Sarkozy. Rappelons à l’UMP que le bilan négatif de l’action du précédent chef de l’Etat, les Français l’ont déjà fait : c’est d’ailleurs la seule raison de l’élection de François Hollande !
Autre fumisterie propre à l’UMP que de s’offusquer de la hausse annoncée par Manuel Valls il y a quelques heures des naturalisations, quand on se souvient de la frénésie immigrationniste des ministres de l’Intérieur de l’UMP depuis 2002, de Sarkozy à Guéant.
Toujours est-il que les offuscations feintes de l’UMP ne constituent pas l’opposition que les Français sont en droit d’attendre face à une majorité socialiste qui persiste dans ses errances idéologiques.
Alors que les conséquences de l’immigration et de l’insécurité sont de plus en plus visibles aux yeux des Français, elles sont de moins en moins prises en considération par les socialistes, comme en témoignent à la fois l’angélisme à l’égard des délinquants et des criminels de la part de la Garde des Sceaux et l’ouverture à grandes eaux du robinet des naturalisations qu’assume enfin Manuel Valls, avec le coût que cela suppose pour nos compatriotes. Dans le même temps, il est demandé une fois de plus aux retraités de se serrer la ceinture, avec une hausse des cotisations et l’allongement maintenu de la durée de cotisation, sur laquelle Hollande avait pourtant promis de revenir. Les ménages et les entreprises, quant à eux, se voient infliger une taxe carbone sous prétexte d’écologie, quand il s’agit ni plus ni moins que de colmater des dépenses publiques toujours aussi peu maîtrisées.
Si l’intervention en Syrie atteste à la fois de la vassalité des politiques français à l’empire américain et d’une nécessité de ne pas répondre de la gestion sociale et économique dont ils sont en grande partie responsables, les socialistes ne pourront pas éviter de rendre des comptes à des Français particulièrement remontés. Cette guerre aux fondements malhonnêtes va encore faire couler le sang de jeunes français pour des intérêts qui ne sont pas les nôtres, et sans doute même pas ceux du peuple syrien.
La saison politique à venir doit donc être celle des premières sanctions électorales d’envergure nationale pour les socialistes. Des Municipales aux Européennes, l’occasion sera donnée aux Français de se doter d’équipes municipales compétentes dans les villes pour démanteler les baronnies socialistes et bien entendu au Parlement Européen, lieu de cristallisation de tous les vices de la classe dirigeante.
Ces élections, chacun d’entre vous peut contribuer à en faire un grand succès pour le Front National. Les fédérations sont sur le pont et n’attendent que vous pour achever la constitution des listes municipales et renforcer les équipes militantes sur le terrain. Vous pouvez donc consulter la rubrique « Fédérations » sur le site du Front National ou remplir le formulaire de contact, à destination de « Municipales 2014 ».
La première étape de la rentrée politique du Front National sera l’Université d’été qui aura lieu à Marseille le 14 et le 15 septembreet à l’issue de laquelle Marine Le Pen prononcera un grand discoursqui posera les grands axes qui dirigeront notre action pour les mois à venir.
Nous vous attendrons donc pour ce grand meeting !

Eric Zemmour sur RTL le 30/08/2013

Réforme pénale : les gouvernements passent, le laxisme reste

Communiqué de Presse du Front National du 30/08/2013
Les annonces du président de la République concernant la réforme pénale confirment que le laxisme reste en France une idéologie d’Etat, sous ce gouvernement, comme sous le précédent.
En effet, la suppression des prétendues peines plancher, et la création de la nouvelle « contrainte pénale », applicable à tous les délits punis d’une peine d’emprisonnement inférieure ou égale à cinq ans et permettant le contrôle du condamné sans incarcération, vont encore accroître le sentiment d’impunité des voyous en France.
C’est un très mauvais signal envoyé aux délinquants, et la promesse de la poursuite de l’augmentation de l’insécurité dans notre pays, pourtant déjà à un niveau historique.
Après la loi Dati de 2009 qui permet à la plupart des condamnés à moins de 2 ans de prison d’éviter l’incarcération, c’est une confirmation de la dérive laxiste à laquelle se livre François Hollande comme Nicolas Sarkozy avant lui.
Le Front National rappelle qu’en matière de lutte contre l’insécurité, face au laxisme UMPS, il n’y a qu’une réponse qui vaille : aucun délit quel qu’il soit ne doit rester impuni. C’est un principe de bon sens que porte le Front National : tous ceux qui s’avisent de défier les lois de la République doivent être frappés d’une peine, sans aucune exception.
Le Front National réclame par ailleurs la construction de 40 000 places de prison afin de mettre la France dans la moyenne européenne en la matière et de renforcer la dignité des conditions d’incarcération.

L'ex-ambassadeur Boris Boillon interpellé avec 350 000 euros en liquide

L'ex-ambassadeur de France en Tunisie Boris Boillon a été interpelléle 31 juillet à la gare du Nord alors qu'il partait pour Bruxelles.
L'ex-ambassadeur de France en Irak et en Tunisie, Boris Boillon, a été arrêté le 31 juillet Gare du Nord à Paris, en possession de 350.000 euros et 40.000 dollars en liquide. L'ancien conseiller diplomatique du président Nicolas Sarkozy, aujourd'hui âgé de 43 ans et reconverti dans le consulting, s'apprétait à monter dans un train pour Bruxelles au moment où les douaniers l'ont intercepté. Une enquête a été ouverte pour "manquement aux obligations déclaratives". Le service national des douanes judiciaires (SNDJ) est saisi.
Selon Mediapart, M. Boillon a expliqué lors de son audition que ses sommes provenaient de ses activités professionnelles en Irak. Il a précisé selon le site que ces prestations étaient rémunérées en liquide, du fait des carences du système bancaire irakien. Le code des douanes dispose que tout transfert international en liquide, à l'intérieur de l'Union européenne, doit faire l'objet d'une déclaration, sauf pour les sommes inférieures à 10.000 euros. La méconnaissance de cette règle est punie d'une amende égale au quart de la somme sur laquelle a porté l'infraction présumée.
 
En cas de saisie, les sommes non déclarées sont consignées par les douanes pendant six mois, renouvelables sur décision du parquet. Arabophone, M. Boillon avait été nommé en avril 2006, chargé de mission puis conseiller diplomatique au ministère de l'Intérieur. Il avait suivi Nicolas Sarkozy à l'Elysée comme conseiller Afrique du Nord et Moyen-Orient. Nommé à la tête de l'ambassade de France en Irak en juillet 2009, il devient en janvier 2011 ambassadeur en Tunisie pour redresser une image de la France calamiteuse très liée à l'ex-président Ben Ali, Paris ayant mis longtemps à soutenir la révolution tunisienne.
 
M. Boillon avait cependant commencé sa mission diplomatique en Tunisie de manière fracassante, présentant en février 2011 ses excuses aux Tunisiens après avoir répondu à la presse nationale d'une manière jugée "agressive". Des centaines de personnes avaient manifesté devant l'ambassade aux cris de "Boillon dégage!" après la diffusion à la télévision de la rencontre entre l'ambassadeur et des journalistes tunisiens. M. Boillon a été remplacé en août 2012 à la tête de l'ambassade en Tunisie.
Le 30/08/2013

Marseille et Ajaccio : trafics présumés de bébés, deux enquêtes ouvertes

Deux informations judiciaires ont été ouvertes à Marseille et Ajacciopour trafic présumé de bébés roms portant sur la vente, jusqu'à 10 000 euros, de plusieurs nourrissons, dans des conditions rappelant d'autres affaires similaires. 

Le parquet de Marseille a ouvert en juillet une information judiciaire à la suite d'un trafic présumé de bébés dans la cité phocéenne entre la communauté rom et celle des gens du voyage sédentarisés, a annoncé une source proche de l'confirmant une information de RMC.
Le parquet d'Ajaccio a également ouvert, en juin, une information judiciaire sur un trafic présumé de bébés au sein de la communauté rom.

Un bébé vendu contre 8 000 euros et une BMW
Dans le cadre de l'affaire de Marseille, «deux personnes sont actuellement présentées à un juge d'instruction» et «deux autres seront présentées dimanche au magistrat instructeur de Marseille»  a indiqué vendredi après-midi le procureur de la République Brice Robin, lors d'une conférence de presse. 

Il a confirmé qu'il s'agissait bien d'un «trafic» d'être humain, en l'occurrence un bébé né le 21 juillet. La mère a déclaré l'enfant sous son nom. Mais c'est le «faux père» qui est parti avec l'enfant. Au dernier moment, la mère du bébé aurait eu plus de mal que prévu à se séparer de son enfant, ce qui a alerté le personnel de la maternité de l’hôpital Nord de Marseille. Finalement, elle «a touché 8000 euros et une BMW» à sa sortie de la maternité le 24 juillet. Elle est alors repartie directement en Roumanie, où le véhicule a été retrouvé, accidenté, selon le procureur. 

Les «adoptants», un homme et une femme, encourent deux ans de prison. Ils vont être «mis en examen» dans la journée et le parquet va requérir «un contrôle judiciaire». Les deux autres, «les principaux auteurs présumés du trafic», le compagnon et le frère de la femme qui a accouché, sont mis en examen pour «délit de traite d'être humain avec circonstance aggravante sur mineur». Ils encourent dix ans d'emprisonnement. Enfin, un juge des enfants a été saisi pour s'occuper du sort du bébé, a déclaré le procureur.

Une tentative de vente d'un deuxième bébé aurait été empêchée au dernier moment, a précisé le parquet. 
Plusieurs affaires similaires survenues ces dernière années
A Ajaccio, où l'information judiciaire a été ouverte en juin sur des faits remontant au deux ou trois ventes de bébés auraient eu lieu, indique-t-on de source judiciaire. Des femmes enceintes, venues de Roumanie, auraient accouché à Ajaccio, sous fausse identité.
Les nourrissons auraient été vendus de 8 à 10 000 euros. Il n'a pas été précisé, à ce stade de l'enquête, qui étaient les acheteurs et dans quel but ils étaient vendus.

Deux autres affaires similaires ont été recensées en France ces dernière années. La plus retentissante concerne celle dite des «bébés bulgares», lorsqu'en 1993, et surtout entre 2001 et 2005,des mères bulgares avaient été acheminées en France afin d'y abandonner 23 nourrissons pour des sommes de 3 000 à 7 500 euros à des parents tsiganes, majoritairement stériles. Les mères ne percevaient qu'une faible part de ce montant, l'essentiel revenant aux intermédiaires bulgares et français du trafic.
Ces derniers avaient été condamnés en février 2007 par le tribunal de Bobigny à des peines fermes de deux à six ans de prison, pour «traite d'êtres humains».

En novembre 2007, deux couples de Roumains soupçonnés d'avoir proposé deux nourrissons à la vente pour 5 000 euros chacun à des gens du voyage avaient également été interpellés à Denain (Nord).

Plus récemment, en juin dernier, un couple de gens du voyage de Seine-et-Marne qui ne pouvait a priori pas avoir d'enfant avait également acheté pour 15 000 euros un nourrisson de trois semaines auprès d'une mère rom. L'enfant avait été retrouvé sain et sauf chez ses acheteurs.
Le 30/08/2013
Avec AFP

Université : nouveau recul de la laïcité

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 30/05/2013
Le refus du gouvernement de déposer une loi interdisant à l’université les signes religieux ostensibles dont le voile, ainsi que l’a confirmé François Hollande, sera nécessairement analysé comme un nouveau recul de la laïcité.
Cette proposition de bon sens du Haut Conseil à l’Intégration aurait dû être accueillie favorablement par le gouvernement car il est plus que temps que la République soit revendicative face à la montée des communautarismes.
Le Front National rappelle qu’il propose une loi interdisant dans l’espace public les signes religieux ostensibles.

Délinquance à Marseille : le bilan catastrophique de Gaudin, le quotidien insupportable des Marseillais

Communiqué de presse de Stéphane Ravier, Conseiller du 7ème secteur municipal, Candidat tête de liste « Marseille bleu Marine » aux Municipales de mars 2014 du 30/08/2013
L’ouvrage « Criminalité et délinquance constatées en France en 2012 » publié par la Direction centrale de la police judiciaire rappelle au maire de Marseille, qui ne se positionne plus qu’en tant que directeur de l’office de tourisme, que la population marseillaise qui vit elle, 365 par an dans la ville, endure un véritable calvaire en matière d’insécurité.*
Car si Marseille est une capitale, c’est officiellement celle des vols avec violence, des cambriolages, des vols de voiture et à la roulotte !
Et lorsque Marseille se classe derrière Paris et Lyon en matière de trafic stupéfiants, c’est parqu’ici, la police interpelle moins de trafiquants qu’ailleurs, alors que la drogue a gangrené la ville entière !
Du côté de l’UMP, l’immobilisme et le fatalisme de Jean-Claude Gaudin, ne laissent espérer aucune amélioration de la situation.
Quant au bouquet de roses qui ont poussé sous la serre du guérinisme, leur conversion aussi récente que médiatique à l’impératif de sécurité ne trompe personne.
Toutes et tous sont soumis à la politique dite de « Tolérance » synonyme d’immobilisme et de laxisme.
Seuls les candidats des listes « Marseille bleu Marine » sauront appliquer la Tolérance Zéro que le peuple de Marseille appelle de ses vœux !
• http://www.laprovence.com/article/actualites/2508067/marseille-delinquance-la-verite-des-chiffres.html