samedi 31 janvier 2015

"Galette des rois" de la fédération du Jura : le FN39 en ordre de marche !

Logo Départementales 2015

La fédération du Front National du Jura organisait ce 31 janvier sa traditionnelle "galette des rois" dans un établissement de la région lédonienne.

Présidé par le secrétaire départemental du mouvement dans le département, Thibaut Monnier, la journée à débutée dès le matin par une séance de formation et de travail administratif concernant les prochaines élections départementales qui auront lieu dans quelques semaines (les 22 et 29 mars).
 
Sur l'ensemble de la journée, près de 80 personnes sont venues d'une part pour afficher leur militantisme pour lesquels ils ont pris la décision de s'engager en étant investis pour les élections, écouter les encouragements du secrétaire départemental mais aussi pour partager un grand moment de convivialité.
 
Thibaut Monnier et le Bureau du FN39 remercient vivement l'ensemble des personnes présentes et en particulier toutes celles qui n'ont pas hésité à braver les conditions météorologiques actuelles, notamment en venant du Haut-Jura.
 
Une salutation aux deux élus qui nous ont rejoints dernièrement et qui seront candidats aux élections départementales sur le canton de Mont-sous-Vaudrey : Stéphane Montrelay, maire de Rans et Luc Béjean, maire de Monteplain.
 
Et un merci tout particulier pour la présence parmi-nous de Jean-Etienne Normand qui présida la fédération du Jura durant de longues années jusqu'en 1999 (on se souvient notamment aux législatives de 1997, que Jean-Etienne ne fut disqualifié pour troubler le duel Voynet-Barbier sur la troisième circonscription que de dix voix...).
 
Le FN 39 est en ordre de bataille pour mars et  2015 !
 
Stéphane Grappin
 
Responsable de la communication du FN39

 
 

Les départements où le FN pourrait gagner

1er mai 2014 podium 3

Les élections départementales qui se profilent fin mars pourraient permettre au Front National de conquérir entre un et trois conseils départementaux et ternir la vague UMP annoncée.   
 
Les élections départementales, dans sept semaines, devraient donner lieu à un nouveau séisme politique. Le Front National serait en mesure d'éliminer le PS et ainsi se maintenir dans un canton sur deux. Le parti de Marine Le Pen pourrait même conquérir entre un et trois conseils départementaux. Il envisage même des alliances locales avec l'UMP.
 
L'UMP vise la Corrèze
 
Son ascension va ternir la vague bleue annoncée. La droite devrait certes gagner une trentaine de départements, en sus des 40 qu'elle dirige déjà. Mais elle sera placée devant un dilemme dans de nombreux territoires : laisser le FN s'emparer de la présidence ou accepter un front républicain avec les socialistes.
 
L'UMP vise notamment le Lot-et-Garonne, le Territoire de Belfort et même, cerises sur le gâteau, la Corrèze de François Hollande et l'Essonne, le fief de l'ex-maire d'Évry, Manuel Valls. En cas de bérézina socialiste, ce sont 18 autres territoires de gauche qui pourraient aussi être conquis, en particulier dans l'ouest et le sud-est de la France.
 
Par Nicolas Prissette le 31/01/2015
 

L'Arabie Saoudite voulait organiser des JO... seulement pour hommes

Arabie Saoudite JO Londres
Une candidature commune avec Bahreïn aurait permis d'éviter la présence des femmes sur le sol du royaume saoudien mais le CIO s'est opposé fermement au projet.
 
Grâce aux résolutions de l'Agenda 2020 votées en décembre dernier, le Comité national olympique entrouvrait la possibilité pour deux pays voisins d'organiser les Jeux Olympiques. L'Arabie Saoudite a aussitôt saisi la perche tendue pour envisager la tenue de cet événement en compagnie d'un autre nation du Moyen-Orient, le Bahreïn.
 
Cette possibilité présentait l'avantage de permettre le partage des frais. Sauf que dans le cas du royaume saoudien, elle aurait un double emploi: permettre de diviser les athlètes par leur sexe. L'Arabie Saoudite organiserait ainsi les compétitions réservées aux hommes tandis que le Bahreïn, plus souple concernant la condition féminine, accueillerait les indésirables femmes.
 
«Nous pourrions l'envisager avec Bahreïn. Nous avons toujours entretenu une forme de coopération avec ce pays. Depuis le vote de l'Agenda 2020, nous pouvons envisager une candidature commune», a ainsi confirmé le Prince Fahad J. A. Al-Saud dans un entretien accordé au site francjeux.com. qui reconnaissait un peu plus tôt dans l'interview que les ambitions du pays dans l'organisation d'événements majeurs étaient confrontés à «certains freins culturels.»
 
«Le premier tient à la place de la femme dans le sport. Notre société peut se montrer très conservatrice. Elle accepte encore assez mal que les femmes fassent du sport de compétition, en natation notamment. Il n'est pas tellement admis, non plus, de porter une tenue de sport en public», explique le prince qui n'écarte toutefois pas un assouplissement de ces règles prochainement: «Cette année, nous devrions pouvoir avancer de façon significative sur la question de la femme dans le sport
 
Le CIO rejette cette idée

Le CIO a fait savoir qu'une telle organisation était impensable, rappelant que le principe de non-discrimination devait s'appliquer dans tout le pays. «Des pays comme l'Arabie Saoudite doivent travailler pour permettre aux femmes de participer librement. Il ne faut pas simplement évacuer les problèmes vers d'autres pays
 
Lors des Jeux Olympiques de 2012 à Londres, deux femmes avaient fait partie de la délégation saoudienne. Une nouvelle bien accueillie par le CIO (même si lors de la cérémonie d'ouverture, celles-ci avaient défilé derrière les hommes) qui se félicitait de l'établissement d'un «dialogue permanent» avec le Comité olympique d'Arabie Saoudite. Jacques Rogge, alors président du Comité international olympique, avait interprété cette présence comme «le signe d'une évolution encourageante.» L'Arabie saoudite, le Qatar et Brunei étaient jusqu'en 2012 les trois seuls pays à n'avoir jamais envoyé de femmes aux JO.
 
Par Gilles Festor le 31/01/2015

vendredi 30 janvier 2015

Marine incarne l'espérance pour une majorité de Français !

Bay 5
 
Editorial de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National du 30/01/2015
 
Selon les sondages Ifop et CSA publiés hier et aujourd’hui, Marine Le Pen arriverait largement en tête si le premier tour de l’élection présidentielle avait lieu ce jour. Elle obtiendrait ainsi entre 29 et 33% des suffrages, et cela quels que soient ses adversaires. Aucun des représentants de l’UMPS, qu’il s’agisse de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, ou bien d’Alain Juppé, ne dépasserait les 23%. Le Président sortant, François Hollande, n’atteindrait quant à lui pas plus de 21%, et cela dans le scénario lui étant le plus favorable. Ainsi, c’est avec 7 à 14 points d’avance sur tous ses concurrents que Marine remporterait le premier tour, et aborderait le second.
 
Balayée la délirante propagande politico-médiatique visant à ostraciser le Front National et même à le rendre responsable d’une situation qu’il a toujours tout fait pour empêcher ! Balayés les sondages tentant de démontrer une soudaine, et un brin étonnante au vu des récents événements, conversion des Français au multiculturalisme béat ! Les manœuvres ont fait long feu, la ficelle était trop grosse. Face à l’immigration massive et ses conséquences inévitables, face à l’insécurité et au laxisme judiciaire, face à la perte de notre souveraineté, c’est-à-dire de notre liberté en tant que nation et peuple, nos compatriotes savent bien vers qui se tourner.
En 2017, face au parti unique mondialiste, nous opposerons l’unique candidate anti-système, l’unique candidate pensant et agissant librement, l’unique candidate au service de la France et des Français d’abord : Marine Le Pen.
 
Cette espérance qu’incarne Marine pour une majorité de Français doit aussi être portée par nos milliers de candidats lors des élections départementales et régionales. Un sondage n’est pas une élection, un premier tour n’est pas une victoire : le chemin est encore long, le travail devant nous, et la responsabilité immense !
 

Un militant en colère met en vente la fédération PS du Gard sur Le Bon Coin

Rose fanée 1
 
La petite annonce, mise en ligne par le secrétaire fédéral du Gard, détonne. Il a décidé de mettre symboliquement en vente les locaux de la fédération pour dénoncer la gestion du PS dans le département.
 
L'annonce, enregistrée sous le nom d'«immeuble de l'ancien premier parti du Gard», ne donne pas vraiment envie: «Aujourd'hui en ruine, portail HS, chauffage HS (…), conviendrait à un marchand de sommeil ou sectes», peut-on lire au sujet de la fédération PS. D'autant plus étonnant que l'annonce a été mise en ligne par le secrétaire fédéral du PS dans le Gard en personne. Joint par le Scan, Nabil Kadri souhaite dénoncer symboliquement «l'état d'un parti divisé». «Il y a un parallèle à faire entre l'état de délabrement de nos locaux, et celui du Parti Socialiste. Ils (les dirigeants, ndlr) osent tout, ils ont tué le parti. Alors ça n'est pas moi qui vais lui faire du mal avec mon annonce potache», assure-t-il.
 
Ces propos s'inscrivent dans un climat de guerre ouverte entre le militant et sa hiérarchie. Nabil Kadri a saisi mercredi dernier «la justice» de son parti, après l'investiture «à titre provisoire» d'un candidat aux élections départementales à Bagnols, Jean-Yves Chapelet, qui n'avait selon lui pas déposé de candidature avant la date limite.
 
«Depuis que je suis militant PS dans le Gard je n'ai jamais vu autant de combinaisons douteuses», peste Nabil Kadri. «C'est d'autant plus décevant que l'autorité dépêchée par Paris ne respecte pas les statuts qu'elle nous a pourtant fait voter», dit-il dans le Midi Libre. La fédération du Gard, qui connaissait de graves problèmes de gestion, a été mise sous tutelle par le bureau national du PS en juillet dernier. Mais depuis, la situation ne s'est guère arrangée, semble dire Nabil Kadri: «On en soutient (…) qui doivent des milliers d'euros à la fédé. Ce sont des alimentaires de la politique».
 
Par Akhillé Aercke le 30/01/2015

Le Figaro

Vous n’êtes « pas charlie » ? Le service civique obligatoire, vite !

Hollande &Valls

Dire que l’actualité n’est pas pour rassurer nos compatriotes est un euphémisme.

Dans un autre article,  Le Monde rapportait que « l’ombre de l’Etat Islamique » plane sur Tripoli (Libye),  après l’attentat de mardi qui a fait dix victimes dont un Français dans le dernier hotel de la ville accueillant des étrangers . Une capitale livrée au chaos, à la guerre des milices islamistes, à l’instar de ce qui reste de la Libye après la croisade aux effets désastreux, sous couverture de l’Otan, qui y a été menée par  le trio infernal  Sarkozy-BHL-Juppé.
 
Ce sont les mêmes grandes consciences, animées à des degrés divers par le même pervers  messianisme mondialiste, qui vantent (vendent) aux Français depuis quarante ans, les joies de la société (grande) ouverte, plurielle,  métissée et babélisée…mais pas pour eux bien sûr, qui s’en préserve  à tous les niveaux, le mélange c’est bon uniquement pour le populo…
 
Bernard Lugan le rappelait il y a peu sur Radio Courtoisie, convoquant les enseignements de l’Histoire universelle, quand deux peuples en arrivent à occuper  la même terre mais sont  animés par des valeurs, des souhaits, des préceptes,  une vision du monde  antinomiques, l’issue est rarement heureuse.
 
C’est cette prise de conscience là ou cette intuition qui explique cette « islamophobie » d’une partie de la population française, quand bien même, répétons le ici une nouvelle fois avec Bruno Gollnisch, s’il n’existe peut être pas d’islam modéré, il y a des musulmans modérés, des citoyens français de confession musulmane parfaitement droits, honnêtes,  respectables et patriotes.
 
Il n’en reste pas moins que la poursuite de l’immigration à  haut débit porte en elle des ferments d’éclatement  de notre Etat- nation, voire de guerre civile car  elle rend quasiment impossible l’assimilation et détruit l’identité française. La volonté exprimé par Manuel Valls de poursuivre une politique de dispersion de l’immigration sur  l’ensemble du territoire pour la rendre moins problématique (?), moins visible (?), pour lutter contre « l’apartheid », mêle à la fois l’hypocrisie la plus écœurante et le cynisme le plus complet.   
 
Dans ce contexte,  les médias ont relaté ces dernieres heures « l’affaire » du jeune Ahmed, 8 ans, écolier de CE2 à l’école Nice Flore (Nice), qui, lorsqu’il a été invité par son instituteur à s’exprimer sur les attentats au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo, aurait affirmé «Je ne suis pas Charlie, je suis avec les terroristes ». Le garçonnet a en outre  refusé d’observer une minute de silence et de participer à une ronde de solidarité dans son école, a indiqué le directeur départemental de la sécurité publique,  Marcel Authier.
 
L’enfant dans le climat actuel, a donc été auditionné avec son père par la police a révélé l’avocat de la famille, Me Sefen Guez Guez, sur tweeter. Ses parents, immédiatement avertis, « ont joué un rôle pédagogique en lui expliquant ce qu’était réellement le terrorisme, et pourquoi il fallait évidemment être du côté des victimes à Charlie Hebdo », a affirmé Me Guez Guez.
 
Metronews précise que selon  «  l’académie de Nice, contactée, l’enfant a tenu en classe des propos inadmissibles. Il y a eu un signalement auprès de la cellule de protection de l’enfance précise le rectorat. Convoqué par le chef d’établissement, le père de l’écolier aurait eu une attitude menaçante. L’école a alors déposé plainte contre le parent d’élève pour intrusions dans l’établissement et menaces ». Un  père « qui était très défavorablement connu de l’école pour son comportement véhément depuis plusieurs mois », a précisé une source à BFMTV.
 
Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF),  présidée par Samy Debah et dont le  porte-parole est Marwan Muhamad, une officine  en cheville avec le lobby immigrationniste européiste, lEuropean Network Against Racism (ENAR), « réseau d’associations européennes contre le racisme »- a sauté  sur l occasion pour de se faire un peu de pub.
 
Dans un communiqué le CCIF attaque bille en tête l’école : « Dans ce dossier, des faits de violence sont rapportés par l’enfant, lequel décrit des humiliations qu’il aurait subi de la part du corps enseignant. Diabétique, il rapporte la privation de son insuline par le corps enseignant suite à l’incident (…) (…)Les parents de Ahmed ont mené un vrai travail de pédagogie auprès de leur enfant pour qu’il comprenne mieux les événements. Mais ce qu’il s’est passé à l’école l’a profondément traumatisé. Il souffre de trouble du sommeil et du comportement (…). Le CCIF suit cette affaire depuis le début de concert avec l’avocat de la famille, que nous continuons à soutenir. Nous allons également alerter les pouvoirs publics afin de faire toute la lumière sur cette affaire et sur les responsabilités du corps enseignant et des policiers en charge du dossier ».
 
La vérité commande de dire qu’il est très difficile pour de très nombreux musulmans de s’associer à l’émotion suscitée par les assassinats  des « blasphémateurs » de Charlie Hebdo. Et que les propos que le jeune Ahmed a  répété à l’école rendent compte d’un sentiment partagé par beaucoup, comme le prouve notamment les centaines (en réalité les milliers) de refus de rendre hommage aux victimes qui ont été rapportés lors de la minute de silence  décrétée dans les établissements scolaires.
 
Cette réalité d’une éducation familiale, d’un environnement socio-culturel qui imprègnent les individus et que l’instruction  reçue à l’école de la République ne peut (pas toujours)  contrebalancer –et c’est souvent très heureux au vu de la propagande antinationale qui y est souvent déversée- a fini par interpeller François Hollande et ses conseillers.
 
Notre Machiavel corrézien, selon RTL, réfléchit ainsi à l’idée d’une consultation référendaire  pour  imposer un service civique obligatoire de six mois à tous les jeunes Français, pour faire reculer dan les têtes la barbarie et l’intolérance. Ce que des années d’école laïque et obligatoire n’a pas su imposer, une demi-année de service civique le fera ?
 
Une idée en tout cas que M. Hollande jugerait suffisamment consensuelle dans les têtes, bien dans l’esprit du 11 janvier, susceptible de lui redonner une légitimité bienvenue dans la perspective de 2017. Un OUI à ce referendum et il se verrait  remis en selle, bien dans la course…
 
Pour notre part, il s’agit de constater que la faisabilité de généraliser ce service civique est sujette à caution, sachant que le service civique actuel reposant sur le bénévolat, rappelait mi-janvier Le Figaro,  «peine à satisfaire toutes les demandes, par manque de moyens ».
 
Un service civique obligatoire (pour y dire, pour y enseigner, pour y faire quoi ?) couterait des milliards d’euros, nécessiterait des infrastructures que l’armée n’a pas, n’a plus.
 
Encore un coup de génie typiquement socialiste.
 
Le 09/01/2015
 

Législative partielle dans le Doubs, les aveux délirants du candidat UMP…

Montel Ricciardetti FN
 
Communiqué de Presse de Sophie Montel, Candidate à l’élection législative partielle dans le Doubs du 30/01/2015
 
Cette campagne du premier tour dans la 4ème circonscription du Doubs aura permis de révéler aux électrices et électeurs, l’étendue des talents exceptionnels de comique malgré lui du candidat UMP mais surtout son fond politique.
 
Tout commence par un article dans Le JDD, le 18 janvier dernier dans lequel, C. Demouge(UMP) explique qu’il votera socialiste au second tour en cas de duel FN/PS. Le lendemain dans L’Express, il n’exclue pas non plus un désistement, en cas de triangulaire, en faveur du PS pour faire barrage au FN… Après s’être fait durement remonter les pendules par les caciques de son parti, Demouge annonce niaisement le 23 janvier dans Marianne, qu’il n’appelera pas à voter socialiste parce qu’il vient de découvrir que le candidat socialiste… l’attaque dans un tract… Quel argument politique ! Mais cela ne s’arrête pas là ! Toujours prompt à accumuler les bourdes, le « gagman » de l’UMP, interrogé par Le Point de cette semaine sur l’éventuelle venue de N. Sarkozy pour le soutenir au second tour, répond : « Certains regrettent la non-réussite de sa présidence… Ce qu’ils lui reprochent le plus, c’est de ne pas avoir respecté sa promesse de passer les cités au kärcher. L’expression était maladroite, mais les gens se disent que s’il n’y avait plus de zones de non-droit, si Sarkozy avait réussi à supprimer les trafics en tout genre et le stockage d’armes, une telle boucherie n’aurait pas eu lieu ».
 
A l’UMP on a dû se régaler en lisant de tels propos… Mais le festival se poursuit… Une nouvelle vidéo circule depuis quelques heures sur youtube. Lors d’un reportage réalisé par BFMTV, le leader local de l’UMP nous livre sans détour son analyse sur l ‘insécurité dans la 4ème circonscription : « ce sont les bons petits blonds qui m’emmerdent et pas les gens qui viennent de l’immigration » !
 
Electrices, électeurs voulez-vous vraiment de cette personne pour représenter les intérêts de la France et des Français à l’Assemblée nationale ?
 
Dimanche 1er février, pour vous défendre, faites-vous entendre, votez utile, votez pour la candidate des patriotes, votez FN avec Sophie Montel et Jacques Ricciardetti !
 

Un projet terroriste découvert par hasard... Par des pompiers

Police insigne VL
 
Un homme a été mis en examen mercredi à Paris pour "participation à une association de malfaiteurs et port d'armes en relation avec une entreprises terroriste", révèle vendredi RTL. Mais l'affaire, loin d'être le fruit d'une longue enquête, doit surtout à une découverte opportune.
 
C'est en effet par pur hasard que le pot aux roses a été découvert par les forces de l'ordre. Le week-end dernier, alors que les pompiers interviennent à Orléans pour éteindre un incendie qui s'est déclaré au domicile d'un particulier, ils font une découverte inattendue : un grand nombre d'armes et des drapeaux de l'Etat islamique. Les soldats du feu en alertent la police et, rapidement, la Direction générale de la sécurité intérieure place plusieurs personnes en garde à vue. Résultat, mercredi, l'un des suspects a été mis en examen.
 
De nombreuses arrestations en France et en Belgique
 
Depuis les attentats contre Charlie Hebdo et le supermarché casher de la Porte de Vincennes, les 7 et 9 janvier, les forces de l'ordre multiplient les interpellations. Dans la nuit du 15 au 16 janvier, 12 personnes ont été arrêtées pour des soupçons de soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly. Quatre ont depuis été mises en examen. Dans le même temps, la police belge a démantelé une cellule terroriste qui s'apprêtait à commettre des attentats. Et jeudi soir, un autre proche des frères Kouachi, Fritz-Joly Joachin, a à son tour été mis en examen.
 
Par Thomas Morel le 29/01/2015
 
 

jeudi 29 janvier 2015

Stopper les djihadistes ? Ce n’est pas gagné…

Mélenchon poing levé tribune
L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma     connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.
 
Par Caroline Artus le 29/01/2015
 
Pour lui, les intégrismes religieux sont tous équivalents. Il se refuse à les trier, autrement dit, à les hiérarchiser : l’islamisme radical, l’intégrisme dans l’État d’Israël, les intégristes par homophobie, allez hop : tous dans le même panier !
 
Lui ? Jean-Luc Mélenchon, sur France 5, dans « Les Grandes Questions »,  tel un poisson sorti de l’eau, face à l’écrivain Éliette Abécassis, qui n’a pas lâché sa canne. Il s’agissait d’aller pêcher dans la bouche de Mélenchon le terme « islamisme » qui peinait à franchir ses lèvres. Il n’a pourtant pas ménagé ses forces, Jean-Luc, pour rester à tourner autour du bocal. (Voir la vidéo ici.)
 
Des « crétins sanglants », avait-il qualifié les auteurs des attentats, lors de son hommage rendu à Stéphane Charbonnier. Des crétins sanglants, donc – des « mots qui font mouche » -, reprend-il devant la femme de lettres. Des sots, des abrutis, les frères Kouachi ? Imbécile, con, bête, stupide, simple, une buse, Amedy Coulibaly ? Des idiots, des andouilles, ceux qui ont préparé et planifié exécutions et prise d’otages ? Même sanglants, ces crétins dans la bouche de Mélenchon prennent des airs de gamins farceurs qui, une nuit d’Halloween, auraient commis une blague ayant un peu mal tourné
 
C’est que pour l’ancien candidat à la présidentielle, qui ne voyait pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères, la réalité, depuis les attentats, devient de plus en plus dure à nier. Pour preuve son silence bien embêté à la question d’Éliette Abécassis : « Est-ce que les intégristes catholiques tuent les humoristes, aujourd’hui ? »
 
Avant-hier, c’étaient des terroristes islamistes, hier, des terroristes, aujourd’hui ce sont des « islamistes radicaux », finira par lâcher Mélenchon. De jeunes hommes, de jeunes femmes que le gouvernement espère d’ailleurs garder chez nous grâce à une campagne choc « Stopdjihadisme ».
 
Un clip de propagande sur fond de musique sinistre, où on lit : « Ils te disent : sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause » ou « Viens fonder une famille avec l’un de nos héros » qui clignotent 3 fois contre une seule fois, leur pendant qui se veut positif : « En réalité, tu découvriras l’enfer sur terre et mourras seul loin de chez toi » ou « En réalité, tes enfants vivront dans la guerre et la terreur ».
 
Pas sûr que voir trois fois « Tu seras complice de massacres de civils » les décourage de les rejoindre pour aider les enfants syriens. Pas certain du tout que « En réalité, comme seule vérité, tu découvriras l’horreur et la tromperie » l’emporte sur « Tu vis dans un monde de mécréants impurs, la vérité est ici », qui est précisément la raison de leur départ…
 
Enfin, montrer à des jeunes voulant mourir en martyr que le djihadisme fait chaque jour de nouvelles victimes, ne serait-ce pas… de l’humour noir ?
 
Et les intégrismes religieux étant tous équivalents, Jean-Luc Mélenchon attend avec impatience le clip « Stopintégristescatholiques ».
 
Et nous, donc !