vendredi 31 juillet 2015

Chaos à Calais : échecs et incompétence de l'UMPS !

bay PE

Editorial de Nicolas Bay , Secrétaire Général du Front National du 31/07/2015

Ces dernières semaines, le site d’Eurotunnel a été assailli quotidiennement par des clandestins désireux de rejoindre l’Angleterre. Dans la nuit de lundi à mardi, plus de 2000 immigrés illégaux ont envahi le site du tunnel sous la Manche. Depuis le 1er janvier, ce sont au total plus de 37 000 clandestins qui ont été interceptés.

Face au chaos migratoire, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a, toute honte bue, fui ses responsabilités en adressant une lettre à la société Eurotunnel, l’accusant de « ne pas assez agir » face à l’afflux de clandestins. Ces propos stupéfiants trahissent toute la faiblesse du gouvernement : rejeter la faute sur un concessionnaire privé alors qu’il revient avant tout au ministre de l’Intérieur de veiller à l’ordre public et à la sécurité des Français, voilà qui constitue un terrible aveu d’impuissance !

Depuis 40 ans, les partis politiques du système ont mené une politique d’immigration massive et incontrôlée. Le chaos qui règne actuellement à Calais n’est que la conséquence, épouvantable mais inévitable, de cette politique. Les dirigeants UMPS en sont réduits à composer avec la tempête du vent qu’ils ont eux-mêmes semé ! Ni les pseudo-républicains (qui ont accentué la catastrophe avec leur aventure militaire désastreuse en Libye), ni le PS, ne prendront les mesures qui s’imposent.

Il faut en finir avec le laxisme et tous les clandestins doivent être expulsés d’urgence ! Une telle action enverrait un signal clair vers les candidats à l’émigration, mais aussi à tous les passeurs criminels dont les réseaux prospèrent grâce à la faiblesse de l’État qui a fait du « laissez faire, laissez passer » sa funeste devise.

Pour mettre un terme à cette situation dramatique, dont les Calaisiens sont les premières victimes rappelons-le, et plus généralement au désordre, il faut aussi suspendre les accords de Schengen et rétablir la maîtrise de nos frontières.

Le droit de décider qui peut entrer sur le territoire national doit revenir aux Français et à eux seuls ! La réponse doit enfin être à la hauteur de la menace. Nous le savons bien : nous sommes les seuls à posséder la détermination nécessaire, le courage même, d’affronter les événements.

Avant de nous lancer dans la campagne des élections régionales, je souhaite d’excellentes vacances à toutes celles et ceux qui ont la chance de profiter de quelques jours de repos estival. Dès la rentrée de septembre les patriotes, tournés vers l’avenir et unis derrière Marine Le Pen, seront en ordre de bataille pour libérer nos régions, puis notre pays, des représentants de la caste UMPS qui s’attaquent à tout ce qui fait notre force, notre identité, et notre fierté ! 

Face à ceux qui veulent en finir avec la France, montrons leur que rien ne nous détournera de notre mission : celle de la sauvegarde et la perpétuation de notre nation, de sa civilisation, et de ses valeurs. C’est grâce à cet état d’esprit combatif, qui nous pousse à agir et à ne jamais renoncer, que nous remporterons les victoires de demain.

Facebook outrepasse-t-il ses droits ?

Rachline Fréjus
Ajouter une légende
Communiqué de David Rachline‏, Sénateur-Maire de Fréjus du 31/07/2015

Au début de ce mois de Juillet, le tribunal civil viennois jugeait irrecevable la plainte déposée par Max Schrems contre FacebookDe quoi s’agit-il ?

Max Schrems accuse Facebook d’avoir « une longue liste de violations par rapport à la loi : la politique de confidentialité, la participation au programme PRISM, le Graph Search, les applications Facebook, le suivi sur d’autres pages Web (notamment via le bouton J’aime), les systèmes Big Data qui espionnent les utilisateurs ou encore le non-respect des demandes d’accès ».

Je m’étonne de la passivité du gouvernement sur ce sujet et particulièrement sur les services de FACEBOOK qui rentrent, pour une grande part, en infraction avec les lois françaises et les règlements européens, et l’invite à prendre à bras le corps ce problème car il en va de la vie privée des millions de Français qui participent à ce réseau social. Au même titre que la loi Renseignement contre laquelle j’ai voté, les dérives peuvent être immenses si rien n’est fait contre l’utilisation, le tranfert hors UE, la vente de nos données personnelles. Il existe un risque important que les données conservées puissent être utilisées à des fins illicitesmercantilespotentiellement attentatoires à la vie privée ou, plus largement, frauduleuses, voire malveillantes.

La réglementation européenne est à la traîne et pourtant il y a urgence.

J’attire par ailleurs l’attention sur la définition du terme : « transfert de données hors UE » qui est explicitement défini par la CNIL sur son site Internet. Comme il est expliqué « Ces transferts sont interdits sauf si le transfert a lieu vers un pays reconnu par la Commission européenne comme « Offrant un niveau de protection des données suffisant », or il s’avère que les États-Unis sont considérés (par la France et l’UE) être un pays offrant un niveau adéquat de protection des données… J’en doute à la vue des déclarations des deux lanceurs d’alerte que sont Edward Snowden et Julian Assange qui ont révélé, preuves à l’appui, des piratages avérés de nos données, de nos serveurs, de nos câbles sous-marins, de nos entreprises de télécommunication…

Je souhaite donc savoir si la France doit continuer à considérer les Etats-Unis et ses Big majors du digital comme un pays offrant un niveau de protection des données personnelles adéquat ? Dans le cas contraire nous devrions intenter toutes les actions possibles pour préserver la confidentialité des données de nos concitoyens.

Police des mœurs et grande pudeur de l’RPS (UMPS)..

Boudot FN 2015

Communiqué de Christophe Boudot, tête de liste FN-RBM pour la région Rhône-Alpes-Auvergne du 30/07/2015

Aujourd’hui, même les membres de l’observatoire rhônalpin de la laïcité et le journal Marianne affirment l’existence d’une police des mœurs islamiste sévissant dans nos rues et nos piscines (http://www.marianne.net/oui-on-observe-emergence-police-moe…). 

La bien-pensance et le politiquement correct auront tout fait pour passer sous silence l’agression de la jeune fille en maillot de bain de Reims ou l‘altercation raciste de Mermoz : pourtant les français ne sont pas dupes ! Ils constatent tous les jours la terrible escalade de violences morales et physiques qui leur est imposée.

Je m’insurge contre la présence répétée de ces censeurs du bien vivre qui voudraient imposer un style vestimentaire et interdire la présence des femmes dans les bassins de baignade afin de protéger leur virilité et leur intégrité morale…

Trop pudiques sans doute, le PS et l’UMP (LR) n’ont rien fait contre le développement du fondamentalisme islamique et la montée du communautarisme en France depuis l’attentat de Charlie Hebdo et on en voit les conséquences aujourd’hui

J’appelle en Région Auvergne / Rhône-Alpes les Préfets et les services de l’Etat à :

1. faire respecter la mixité des lieux de baignade.

2. interdire l’entrée à ces petites « frappes » qui défient nos lois et nos traditions Françaises.

Besançon n'obtient pas toutes les compensations souhaitées

Besançon (2)

Les annonces ont été faites à 14 heures à Dijon, concernant Besançon, c'était à 16 heures en préfecture de région. 

Le chef-lieu de la nouvelle grande région, c'est Dijon. Cette annonce n'est pas une surprise. Plus intéressant : les directions obtenues par Besançon en "compensation".

Besançon garde le Rectorat, l'Insee, la Dréal et la Direcct mais perd l'ARS, l'Agence Régionale de Santé, la DRAC et les Finances Publiques.

Jean-Louis Fousseret se dit "satisfait. Les entretiens que j'ai eus en tête à tête ou par téléphone avec Manuel Valls (Premier Ministre) et Bernard Cazeneuve (Ministre de l'Intérieur) ont porté leurs fruits. Oui, je suis plutôt content. Je n'ai qu'un seul regret : on perd l'ARS, même si on aura le conseil de surveillance à Besançon.

Par Catherine Eme-Ziri le 21/03/2015

France 3 Franche-Comté

Note BYR : Ils sont cocus (et nous avec) mais ils sont contents, tels sont nos élus socialistes ...


Pour résoudre la crise des migrants, un député anglais veut reconquérir Calais

Calais immigrés

L'élu euroseptique a proposé que la ville du nord de la France redevienne britannique. Au-delà du trait d'humour, la droite dure outre-Manche multiplie les propositions radicales pour faire face à la crise.

L'humour anglais étonnera toujours. Alors que la ville de Calais fait face depuis plusieurs mois à un afflux de migrants inédit, un député britannique europhobe y est allé de sa petite blague sur Twitter. Roger Helmer, député européen de l'Ukip, a proposé que l'Angleterre reprennent la ville de Calais, faisant référence à l'appartenance anglaise de la ville du nord entre 1347 et 1558. «Calais était britannique jusqu'en 1558. Peut-être est-il temps de la reprendre» a-t-il écrit sur son compte Twitter, jeudi 30 juillet.

Au XIVe siècleCalais est en effet sous domination britannique. Dès 1347, le roi d'AngleterreEdouard III, débute le siège de la ville calaisienne et vide l'enclave de sa population. Une occupation qui durera 211 ans. Malgré de nombreuses tentatives françaises pour récupérer la ville, la libération n'interviendra qu'en 1558, avec le Duc de Guise, appelé par Henry III. Si une telle solution n'est aujourd'hui pas envisageable, d'autres personnalités politiques britanniques n'hésitent pas à croire que l'armée résoudrait le problème de gestion des migrants.

L'armée sollicitée

Le député des Midlands de l'Est (est du Royaume-Uni) n'est pas le seul au sein du parti ultra-conservateur à proposer des solutions extrêmes à la crise des migrants qui secoue CalaisA l'instar des tabloïds favorables à la mobilisation de l'armée, des collègues de Roger Hemler tels que Nigel Farage, chef de file de l'Ukip ou Suzanne Evans, ex-présidente par intérim du parti eurosceptique, se sont eux aussi prononcés pour une intevention de l'armée sur le sol français.

Suzanne Evans s'est dite «choquée par le bilan de la crise à Calais. Migrants morts, blocus, 6000 camions paralysés», elle se demande jusqu'où «faudra-t-il aller pour que l'armée intervienne?».

Par ailleurs, de nombreuses critiques à l'encontre de David Cameron se sont faites entendre. Le premier ministre conservateur est accusé de toutes parts de ne pas respecter les migrants. En visite au VietnamDavid Cameron s'est en effet exprimé sur la situation relevant qu'il était «très difficile» de lutter contre cette «nuée de migrants». Harriet Harman, leader des travaillistes outre-manche s'est indignée des mots utilisés par le chef de gouvernement britannique, affirmant «qu'il devrait se rappeler qu'il parle d'êtres humains et non d'insectes». A l'opposé, Nigel Farage l'a accusé de «jouer au dur», arguant que lui n'aurait pas «utilisé un tel langage».

Ce vendredi, David Cameron a qualifié la situation à Calais «d'inacceptable» et annoncé une réunion de la cellule de sécurité Cobra pour établir de nouvelles mesures.

Par Pierre Lelièvre le 31/07/2015

J'ai rencontré ce matin, devant la haie de mon champ...

Affiche campagne régionales 2015 PACA

Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen‏, Député de Vaucluse, Secrétaire départemental du FN 84 du 31/07/2015

En Vaucluse aussi, nos agriculteurs grondent et leur colère est parfaitement légitime : ils ne peuvent plus exercer leur métier correctement et pire, ils parviennent de moins en moins à en vivre décemment. Leur sort dépend en effet d’une intelligentsia de technocrates, bien au chaud dans leurs ministères, de fonctionnaires européenstous déconnectés du terrain, adeptes du libre-échange, de la concurrence déloyale et du dumping socialinventant des normes dont l’absurdité le dispute à l’insanité, et de gouvernants sans vision dont les décisions irresponsables pénalisent de nombreux producteurs, telle que celle ayant entraîné l’embargo russe.

Nos agriculteurs gronderont encore plus si la situation perdure, voire se détériore, ce qui ne manquera pas d’arriver sans l’arrêt immédiat des négociations de traités de libre échange, en particulier le TAFTA, sans l’abrogation de la directive détachementsans la création d’une loi « achetons français » pour « manger français » dans les établissements de l’Etat, les collectivités et les entreprises publiques. Oui, nos agriculteurs risquent bien de semer quelque vent de révolte si une lutte contre les ententes sur les prix entre la grande distribution et les centrales d’achat n’est pas rapidement engagée, si la PAC (qui fait perdre annuellement à la France 8 Mds d’Euros) n’est pas nationalisée, si les sanctions de l’U.E contre la Russie ne sont pas levées et s’il n’est pas établi de traçabilité de la viande et des productions agricoles.

Les grondements des agriculteurs sont à la hauteur de l’impuissance et de l’hypocrisie des gouvernements successifs qui les ont méprisés et qui continuent sournoisement de les trahir. La défense de l’agriculture, la sauvegarde et la mise en valeur des savoir-faire, la préservation des paysages et la sanctuarisation des emplois n’iront de pair qu’avec une France souveraine maîtrisant son destin, en d’autres termes une France Bleu Marine.

Pour le député PS Alexis Bachelay, la proposition du FN David Rachline de faire travailler bénévolement des artistes est de l'esclavage

Bachelay A PS

La proposition du maire FN de Fréjus David Rachline d'imposer aux artistes subventionnés par la ville de travailler bénévolement à l'accueil des enfants irrite franchement à gauche. La ministre de la Culture Fleur Pellerin elle-même y est allée de son petit commentaire, jeudi 30 juillet, estimant que la municipalité frontiste s'en prenait aux artiste parce qu'elle est "incapable d'organiser des activités périscolaires pour les enfants de sa ville".

Une critique qui reste cordiale. Ce qui n'est pas vraiment le cas de celle d'Alexis Bachelay, décidément très remonté ces derniers temps contre le FN. Ce vendredi 31 juillet, le député PS des Hauts-de-Seine a publié un message sur Twitter dans lequel il estime que la proposition de David Rachline n'est ni plus ni moins que de l'esclavage. Tout simplement.

Apparemment, le retour de l'esclavage, à moins que cela nous ait échappé, ne figure pas au programme du Front National. Pas plus qu'il ne figurait dans le programme de Ségolène Royal, en février 2014. À cette époque, la présidente PS de Poitou-Charentes souhaitait "demander des tâches" aux intermittents du spectacle en contrepartie de leur indemnisation chômage.

"On sauve les intermittents, mais peut-être qu'on peut leur demander des tâches. […] Il y a une soif de culture dans les écoles, les collèges, les lycées. Pourquoi est-ce que les intermittents, en contrepartie de leur indemnisation, n'interviendraient pas dans le système scolaire ?", s'était demandé Ségolène Royal sur iTÉLÉ.

Le 23 juilletAlexis Bachelay s'en était pris au secrétaire général du FNle traitant "d'ordure" après que ce dernier l'a invectivé sur Twitter à propos du projet de loi sur le droit des étrangers.

Dans un communiqué, la ville de Fréjus explique que "depuis plus de 20 ans, la municipalité fréjusienne, adhérente de l’Institut National des Métiers d’Art, met à disposition 16 locaux au cœur du centre historique au profit d’artisans, à des tarifs exceptionnellement modérés""En contrepartie de ces tarifs très préférentiels, les artisans se sont notamment engagés, par convention, à 'participer à la vie culturelle et artistique de la Commune à travers diverses manifestations, animations, rencontres, démonstrations, expositions de travaux réalisés ou en cours, développement d’actions pédagogiques organisées par la Ville'", poursuit le communiqué. 

Par Sylvain Chazot le 31/07/2015

Réforme territoriale : le sacrifice des grands oubliés se met en place

Marine France 2 avril 2014

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 31/07/2015

Le gouvernement a arrêté ce jour de nouveaux arbitrages sur la réforme territoriale, désignant notamment les futures capitales régionales ainsi que les services de l’Etat appelés à déménager ou à être tout bonnement supprimés.

Ces arbitrages annoncent un véritable big-bang territorial qui va aboutir au sacrifice de nouveaux territoires, et à la relégation de nos campagnes et des zones périurbaines éloignées au rang de grands oubliés de la République.

Même le gouvernement peine à masquer ses inquiétudes face à une réforme profondément injuste mais exigée par Bruxelles, en vue de créer de grosses régions particulièrement coûteuses, sans réduction du nombre d’élus, et toujours plus éloignées du citoyen. Il en est ainsi de Marylise Lebranchuministre de la Décentralisation, qui pointe « un sentiment d’abandon désastreux », résultant de l’hyper-concentration des services au sein des mêmes métropoles.

C’est donc en conscience que le gouvernement organise la mise à mort de nombreux territoires, en réorganisant la France sur un modèle qui ne convient ni à ses structures économiques et démographiques, ni à sa tradition politique.

Au coût financier énorme de cette réforme s’ajoutera un coût social redoutableconséquence du départ de nombreux services de l’Etat et des régions vers les métropoles, et avec ces services, l’ensemble des activités privées qui en dépendent.

À l’hyper-métropolisation répondra donc l’hyper-désertification des autres territoires. Un tel saccage territorial est simplement irresponsable et inadmissible.

Le Front National rappelle que son modèle d’organisation territoriale s’appuie sur la triptyque Etat-départements-communes, et qu’au contraire de grosses régions sans cohérence ni identité, il propose, sur la base de leurs limites actuelles, de transformer les régions en organes de coopération entre les départements, sans élus propres et composés des premiers élus départementaux.

Réforme territoriale : Lille, Rouen et Dijon choisies comme capitales régionales

France sur carte

C'est à l'issue du Conseil des ministres de ce vendredi 31 juillet que le gouvernement a communiqué la liste provisoire des chefs-lieux des nouvelles régions. La décision définitive sera communiquée avant le 1er octobre 2016Rennes (Bretagne), Marseille (PACA), Nantes (Pays de la Loire), Orléans (Centre), Paris (Île-de-France) et Ajaccio (Corse) conservent le rôle qui était le leur avant la réforme territoriale.

Sans surprise, Strasbourg (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine), Bordeaux (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes), Lille (Nord-Pas-de-Calais), Toulouse (Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées), Rouen (Normandie), Lyon (Auvergne-Rhône-Alpes), Dijon (Bourgogne-Franche-Comté) ont été choisies pour devenir les capitales des nouvelles régionsLe gouvernement va désormais devoir gérer les contestations et les demandes des communes qui n'ont rien obtenuAmiens, que le Premier ministre a visité cette semaine, et Montpellier font notamment partie de ces villes.

"Ne pas tout centraliser dans la même ville"

La ministre de la DécentralisationMarylise Lebranchu a fait connaître sa volonté d'éviter le "sentiment d'abandon" de certaines villes. "Attention de ne pas tout centraliser dans la même ville" a-t-elle déclaré. "Ce n'est pas utile, parce qu'un certain nombre de nos administrations doivent avoir des personnels qui se rendent sur les territoires", "il faut des équipes qui ne soient pas trop éloignées de leur lieu de travail", a-t-elle ajouté. 

Pas sûr que la ministre ait réussi à convaincre. Selon un dernier sondage réalisé par l'Ifop, les citoyens sont toujours sceptiques. Les trois quarts des Français ne pensent pas qu'elle simplifiera leur vie quotidienne.

Le 31/07/2015

RTL

Indre : pour opérer à l'aise, des casseurs de banque bouclent les gendarmes

Gendarmerie groupement de l'Isère

Des malfaiteurs ont pris la précaution de boucler les gendarmes dans leur caserne dans la nuit de mercredi à jeudi pour pouvoir s'emparer d'un distributeur automatique de billets à Neuvy-Saint-Sépulchre (Indre), a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

Les casseurs ont cadenassé la grille de la gendarmerie, située à environ 300 mètres du distributeur du Crédit agricole qu'ils convoitaient. Il ne leur restait plus alors qu'à arracher l'appareil du mur en utilisant un camion volé. Les malfaiteurs, circulant à bord de quatre véhicules, sont parvenus à prendre la fuite avec leur maigre butin, d'un montant d'environ 2.000 euros.

Le 31/07/2015

Non-livraison des navires Mistral à la Russie : la faute historique de François Hollande

Vladivostok BPC

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National, Député français au Parlement européen du 31/07/2015

François Hollande en a donc décidé ainsi : la France ne livrera pas les navires Mistral destinés à la Russie, commettant par là une faute historique, contraire à nos intérêts politiques et industriels les plus fondamentaux.

L’accord révélé par la presse russenon démenti à cette heure et qui devrait être signé début août, obligerait ainsi notre pays à verser à la Russie près de 1,2 milliard d’euros de pénalités.

Tel sera donc le coût direct pour nos finances publiques d’un caprice de petit président, qui ne contente par cette décision que sa pauvre muse Bernard-Henri Lévy. Le coût diplomatique, industriel et commercial, sera lui bien plus lourd.

Dans cette affaire, c’est bien la crédibilité même de la France qui est atteinte, dont la soumission à Washington apparaît au grand jour. La non-livraison des navires Mistral était en effet une revendication affichée des Etat-Unis, qui mènent à la Russie avec notre complicité une guerre froide d’un autre temps.

Cette décision frappe également par son incohérenceComment justifier ensuite la vente de milliards d’euros d’armements à l’Arabie-Saoudite par exemple, dictature islamiste appliquant la charia qui, dans l’indifférence de la communauté internationale, a mené une guerre scandaleuse au Yémen, et où précisément des crimes de guerre odieux ont été commis selon l’ONG Human Rights Watch ?
François Hollande se compromet donc dans une logique anti-russe totalement absurde qui dans d’autres domaines, et notamment l’agriculture, a déjà coûté des milliards d’euros à la France et des milliers d’emplois.

Le Front National appelle à rétablir d’urgence des relations politiques et commerciales normales avec la Russie, et cesser de considérer ce pays avec les yeux des Américains. Pas plus nos agriculteurs que les ouvriers de nos chantiers navals n’ont à payer le prix des fautes politiques graves de nos dirigeants.