lundi 31 août 2015

Migrants : Manuel Valls sacrifie Calais aux dogmes de l’Union européenne

Marine 2013

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 31/08/2015

Accompagné de deux Commissaires européens chargés de s’assurer de la docilité du gouvernement françaisManuel Valls s’est rendu aujourd’hui à Calais pour soumettre la France aux volontés de Bruxelles et ouvrir grand les portes de notre pays à l’accueil de nouveaux migrants clandestins.

Le Premier ministre a donc clairement choisi son camp. Plutôt que de soutenir en priorité les Calaisiens exaspérés par les rixes entre migrants, les cambriolagesles dégradations et les agressions en tout genreManuel Valls a pris le parti de la submersion migratoire et annoncé la construction délirante d’un nouveau centre de 1500 places pour l’hébergement des clandestins dans la région de Calais.

Ce spectaculaire retour en arrière, plus de dix après la fermeture de Sangatte, usant des recettes ringardes et catastrophiques de l’UMP, est un signal désastreux de laxisme envoyé aux clandestins et une marque de mépris sans précédent pour les habitants du Calaisis qui n’en finissent plus de subir une immigration massive proprement insupportable.

Le Front National demande que l’attention des pouvoirs publics soit d’abord portée sur la sécurité et la tranquillité des Calaisiens et que les effectifs de police soient en conséquence considérablement renforcés. Les migrants clandestins non éligibles à l’asile politique doivent immédiatement être placés en centre de rétention et expulsés du territoire national. La jungle de Calais, flanqué de son bidonville indigne, doit quant à elle redevenir un territoire de la République dans lequel règne l’ordre et l’État de droit, et non pas demeurer le point de fixation des migrants souhaitant passer en Grande-Bretagne.

Enfin à l’échelle nationale, il y a urgence à se débarrasser des dogmes de l’Union européenne et de retrouver des frontières nationales. Il faut donc sortir de l’espace Schengen et mettre un terme définitif à toutes les incitations sociales et juridiques à l’immigration massive.

PDG d'Alcatel Lucent : le bonus de trop !

Philippot officielle 3

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 31/08/2015

La prime de départ extravagante du PDG d’Alcatel Lucent, arrivé il y a seulement deux ans à la tête de l’entreprise, choque légitimement un nombre considérable de Français, confrontés à une crise économique et sociale sans précédent.

Ces 13,7 millions d’euros, selon le JDD, représentent une somme qui n’est pas acceptable.

Le Front National demande à Michel Combes d’y renoncer, et aux pouvoirs publics de légiférer enfin pour interdire les parachutes dorés et les retraites chapeaux, notamment pour les grandes entreprises dans lesquelles les dirigeants ont passé très peu de temps. Ne rien faire, c’est accepter la soumission de notre pays et de l’économie réelle à la grande finance.

FN39 : opération collage sur Lons-le-Saunier

Collage Circo Lons
Collage Montmorot 2
Collage Montmorot 1
Collage Circo Lons 2

Laurent Fabius s'en prend à la Hongrie : il ferait mieux de s'en inspirer !

Bay fd noir

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 31/08/2015

Dans un entretien accordé hier à Europe 1 et I-Télé, Laurent Fabius a cru bon de s’en prendre aux autorités hongroises qui font ce qu’elles peuvent pour tenter d’endiguer le torrent migratoire qui se déverse actuellement sur l’Europe. En effet, alors que plus de 140 000 prétendus réfugiés sont entrés illégalement sur le territoire hongrois depuis le début de l’année, dont 50 000 pour le seul mois d’août, la Hongrie vient de faire poser une clôture de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie. C’est en effet par la Serbie qu’affluent quotidiennement des milliers d’immigrés clandestins, faisant de la Hongrie une des principales portes d’entrée dans l’Union européenne pour les clandestins.

En réaction à ces propos qu’il a qualifiés de «choquants», le ministre hongrois des Relations économiques extérieures et des Affaires étrangèresPéter Szijjártó, a convoqué ce lundi un représentant de l’ambassade de France à Budapest. Pour l’homologue hongrois de 

M. Fabius«il apparaît que certaines personnes en Europe sont toujours incapables de comprendre quelle pression stupéfiante et dramatique subit la Hongrie du fait de la migration via les Balkans de l’Ouest».

Le Front National dénonce les propos aussi irresponsables qu’injurieux de M. Fabius, visant un pays souverain qui protège les frontières extérieures de l’Union européenne.

La Hongrie joue un rôle d’autant plus nécessaire que cette même Union européenne a aboli tout contrôle des frontières avec les funestes accords de Schengen.

Au lieu d’exiger que la Hongrie démantèle cette barrière, au lieu de continuer à donner des leçons aux autres pays européens, M. Fabius – dont on se souvient qu’il avait déclaré que les djihadistes du Front Al-Nosra, responsables de l’exil de nombreux Syriens, faisaient « du bon boulot » – serait bien inspiré de réfléchir aux moyens de défendre notre peuple face à l’immigration massive qu’il subit.

La crise aussi fait sa rentrée !

Gaëtan Dussausaye FNJ Paris

Editorial de Gaëtan Dussausaye, Directeur national du Front National de la Jeunesse du 31/08/2015

C’est la rentrée ! Son cartable est prêt, posé à côté de la porte d’entrée. Un café pour bien se réveiller et la voilà partie, terrifiant chaque personne qu’elle croise sur sa route. Son nom : crise.

Aux multiples visageselle n’épargne désormais plus personne. Elle livre les agriculteurs et les éleveurs français à la concurrence déloyale et à la soif de bénéfices de la grande distribution. Elle augmente les frais d’inscription et le coût de la vie des étudiants, toujours en quête d’un job et d’un logement. Elle fait de nos voisins de nouveaux chômeurs. Elle défait la France de toute souveraineté, et renvoie la démocratie dans les bas-fonds des solutions politiques préconisées par nos gouvernants. Elle déverse encore des milliers et dizaines de milliers de clandestins dans nos villes, villages et campagnes, ne créant que chaos et insécurité.

Et pendant ce temps, les ténors de l’RPS se tournent les pouces – ou pire ! lui donne davantage de raisons de profiter pleinement de sa rentrée. Ainsi, la sinistre de l’Education nationale accélère le délitement de la l’Ecole de la Républiquesaccage le principe méritocratiqueignore l’apprentissage de notre langue, et ne donne d’importance qu’aux loisirs scolaires (entendez ateliers « KAPLA »). Face à la menace islamiste, le Premier sinistre se reconvertit en promoteur de numéros verts. Face au marasme économique, l’überisation de la société est brandit comme seul recours possibleCombien de temps cela durera encore ?

Nous avions le droit d’espérer que cette rentrée serait celle du redressement national, de la création nouvelle d’emplois, de la sécurité et de la tranquillité pour tous, et de la fin du chaos migratoire.

A nous de nous donner les moyens pour faire de cette rentrée celle de l’avenir, celle de la France ! Sur chaque sujet d’actualité, pour tous les combats à mener, nous répondrons ainsi présents !

Une 1ère agence dédiée à la finance islamique

Finance islamique1

NoorAssurstart-up spécialisée dans la finance islamique, a indiqué vendredi avoir ouvert sa première agence en région parisienne et vise l'ouverture d'une vingtaine d'agences en France courant 2016. Selon la jeune pousse, c'est la première agence dédiée à la finance islamique ouverte en France.

Ce type de finance, qui respecte la loi islamique (charia)interdit la spéculation, le recours aux taux d'intérêts, qui sont assimilés à l'usure, les produits ayant une incertitude excessive ou les investissements considérés comme nuisibles à la société (tabac, alcool, armement, pornographie ou jeux d'argent).

Créée en 2012Noorassur qui proposait jusqu'ici ses services uniquement sur Internetrevendique 7 millions d'euros d'épargne collectée. Elle revendique 3.000 clients (95% de particuliers et 5% d'entreprises) dont 15% ne sont pas musulmans, précise Mourad Chabchoub, directeur du développement.

"NoorAssur répond à l'attente de la clientèle par l'ouverture d'une 1ère agence en région parisienne à Chelles (Seine-et-Marne)", indique la fondatrice Sonia Mariji dans un communiqué, qui précise que l'agence intègre une salle de prière.

"NoorAssur offre une alternative à la finance conventionnelle, la finance islamique ne s'adressant pas uniquement aux musulmans, mais aussi à tous ceux qui souhaitent investir, épargner ou s'assurer autrement", précise le communiqué.

"La finance islamique est un compartiment de la finance responsable, non-spéculative et éthique, l'éthique n'ayant ni couleur, ni religion", poursuit l'entreprise.

NoorAssur a appuyé son développement sur un réseau d'une centaine de courtiers indépendants. Cette première agence en nom propre a été ouverte en franchise. Le groupe ne propose pour l'instant que des produits de placement et des assurances mais vise la mise en place de comptes courants en 2016.

Le 30/08/2015


Note BYR : l'islamisation de notre société n'avance plus à petits pas mais désormais à pats de géant ! Où cela va-t-il nous mener ?

Non au saccage des services d’urgence !

Urgences hopital

Communiqué de presse du Front National du 31/08/2015

Un rapport remis ce jour à la ministre de la SantéMarisol Touraine, et révélé par la pressepréconise la fermeture ahurissante de 67 services d’urgence sur l’ensemble du territoire, soit plus de 10% des services d’urgence existant.

Ce saccage sans précédentau détriment comme toujours des zones rurales et périurbaines, et s’inscrivant dans une politique générale d’austérité, pénaliserait considérablement les patients et accroîtrait encore davantage l’inégalité des Français dans l’accès aux soins. Pour le Front National, il est clair qu’une mesure aussi inégalitaire et scandaleuse ne doit jamais voir le jour.

L’absence de concertation avec les professionnels du milieu hospitalier est en outre particulièrement révoltant.

Les médecins hospitaliers seraient en effet bien incapables, dans la situation actuelle, d’absorber le flux supplémentaire de patients consécutif au changement brutal d’organisation des services d’urgence.

La France souffre d’une pénurie de médecins, et particulièrement de médecins urgentistes. Face à cette carence, ce n’est certainement pas en fermant des services et en surchargeant les autres que l’on améliorera la situation déjà extrêmement tendue des hôpitaux dans notre pays.

Le Front National réclame depuis des années que soit relevé le numerus clausus des étudiants en médecine afin de pallier le manque d’effectifs dans les hôpitaux et les services d’urgence, et ainsi ne plus recourir aux médecins étrangers, notamment en provenance d’Europe de l’Est, dont la formation n’assure pas toujours aux Français une qualité optimale des soins.

Nous appelons donc solennellement Marisol Touraine à rejeter au plus vite les conclusions de ce rapport, qui s’ajoutent aux dérives dogmatiques déjà très inquiétantes de sa Loi Santé actuellement en débat et fortement contestée par l’ensemble du monde médical.

Note BYR : En ce qui concerne le Jura, les urgences de l'hôpital de Champagnole sont dans le collimateur...

Marine Le Pen sur I-Télé le 31/08/2015

Mensonges et diffamations : Marion Maréchal-Le Pen dépose plainte contre Christian Estrosi



Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste FN-RBM pour Provence-Alpes-Côte d'Azur du 31/08/2015

Cela fait des semaines que Christian Estrosi raconte n’importe quoi sur mes déclarations, sur le Front National, sur mes colistiers, ou à mon encontre. Ce fut encore le cas ce matin même lors de son entretien sur la radio Europe 1.

Je ne sais pas s’il agit de la sorte sous l’effet de la panique ou de la chaleur, mais ça suffit !

J’ai donc décidé de siffler la fin de la récréation en demandant à mes avocats de déposer plainte contre M. Estrosi.

Il y a, dans ce seul entretien, au moins trois phrases méritant une plainte dont une particulièrement grossière : celle où il prétend que j’aurais considéré les protestants comme complices des nazis.

J’espère que cela va enfin mettre un coup d’arrêt à ses déclarations affligeantes et permettre d’élever un peu le niveau du débat.

J’aimerais pour ma part que l’on parle de notre vision pour la région PACA, de notre ambition et de notre projet pour celle-ci.

Si M. Estrosi n’a manifestement rien à dire sur le sujet, ce n’est pas mon cas.

dimanche 30 août 2015

"Le Roux, ministre du Travail? Il n'y connaît rien, mais pour être ministre, ça peut être un ­avantage"

Le Roux PS

Selon Le Monde et Le Point, François Rebsamen devrait être remplacé au ministère du Travail avant mercredi. A La Rochelle, les spéculations sur le futur ministre ont été légion.

Parmi les noms qui circulent pour remplacer François Rebsamen, réélu maire de Dijon, figurent Alain Vidalies, actuel secrétaire d'Etat aux Transports, Bruno Le Roux, patron des députés PS, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, ou encore le député PS "frondeur" Jean-Marc Germain. "Je n'ai jamais compris qui avait pu prononcer le nom de Germain", s'étouffe un ministre hollandais lorsqu'on lui parle du futur successeur de François Rebsamen.

"Le Foll, Le Roux, c'est très bien. Il faut quelqu'un avec qui il n'y aura pas une feuille de papier à cigarette avec le président", plaide pour sa part le très hollandais patron du groupe PS au Sénat, Didier Guillaume. "Le ­meilleur, c'est Vidalies. Le Roux?

"Il n'y connaît rien, mais pour être ministre, ça peut être un ­avantage", persifle un ancien ministre. Selon Le Monde et Le Point, le successeur de François Rebsamen devrait être connu lundi ou mardi.

Le 30/08/2015


Note BYR : Ils se foutent vraiment des Français ! C'est terrible !

Charte des langues régionales : que cache cet enfumage ?


Le Monde langues minoritaires

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma  connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.


Par Guillaume Faye le 29/07/2015

Sous prétexte de défendre les ”langues régionales” (breton, occitan, corse, alsacien, basque, créole, etc.) dans un but, en apparence, de préserver l’identité et l’enracinement de nos provinceson prépare des dispositions législatives assez tordues. L’objectif cynique de la gauche au pouvoir n’est évidemment pas de préserver nos identités régionales françaises et européennes, mais de faire reculer la langue française au profit, notamment, de l’arabe et des langues extra-européennes, assimilés à des ”langues minoritaires”. Décryptage.

Une embrouille juridique

Le Conseil des ministres a adopté en catimini le 31 juillet 2015 un projet de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, en ces termes : « La République peut ratifier la charte européenne des langues régionales et minoritaires adoptée, à Strasbourg, le 5 novembre 1992 ». Le mot important ici est ”minoritaire” et non pas ” régional”. ”Minoritaire” en novlangue signifie ”immigré”.

En 1999, le Conseil constitutionnel avait déclaré que cette Charte européenne des langues régionales était contraire à la Constitution ; parce qu’elle contrevenait au principe d’égalité en prévoyant des droits spécifiques pour des « groupes de locuteurs de langues minoritaires » à l’intérieur de« territoires », en leur octroyant le droit d’employer leur langue autre que le français « dans la vie publique », c’est-à-dire auprès des « autorités administratives et services publics ». Le Conseil constitutionnel soulignait que cette Charte européenne des langues régionales « porte atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français ». Le gouvernement socialiste n’en a rien à faire et passe outre. Démocratie…

Le Conseil d’État, le 30 juillet 2015, a lui, aussi avisé que la Charte des langues régionales n’était pas conforme aux principes constitutionnelsElle ouvre, selon lui, la porte aux revendications particularistes et risque de miner « le pacte social ». On va donc réviser la Constitution, par une ”loi constitutionnelle” pour passer par dessus l’avis du Conseil d’État et le jugement du Conseil constitutionnel !

Il faut noter que les défenseurs comme les adversaires de cette Charte des langues régionales se combattent en se réclamant tous les deux des mêmes principes d’égalité et de non-discrimination ! Cette histoire des langues régionales est donc un embrouillaminis idéologique de plus.

Selon cette Charte des langues ”régionales et minoritaires”, une personne face aux tribunaux ou à toute administration aura parfaitement le droit de ne plus employer le français mais ”sa” languerégionale ou minoritaire. C’est une énorme blague. Chacun sait bien que 100% des Bretons, des Corses, des Alsaciens, des Basques, des Catalans, des Antillais, des Réunionnais, etc parlent parfaitement le français et que 95% ne maîtrisent absolument pas leur ”langue régionale”.

Et ceux qui la maîtrisent n’ont aucun intérêt à se compliquer la vie en exigeant de l’employer dans leurs rapports avec les administrations !

En réalité, à part la langue bretonne, qui est un cas spécial, qui a été modernisée, qui est vivanteenseignée (Écoles Diwan) et résistante, tout comme le corse, les ”langues régionales ” de l’Hexagone sont des pièces de musée, des ”curiosités”, totalement hors de l’histoire, comme l’occitan, par exemple. C’est un constat historique. Quant à l’alsacien, ce n’est pas une langue propre, mais un dialecte alémanique en voie de marginalisationOn peut le regretter. Mais nul n’empêche les défenseurs de toutes ces petites langues ou dialectes de les enseigner, de les répandre, de les écrire. Mais pas de les employer devant les administrations !

En fait, on détourne sciemment le but de la Charte européenne des langues régionales : cette dernière était destinée à des pays européens qui comportent effectivement, en plus de la langue nationale, des langues vivantes locales et assez pratiquéesmais ce n’est pas le cas de la France !

Un plan dissimulé contre le français

Cette ratification des langues régionales et minoritaires vise, à vrai dire, un tout autre but que de défendre les langues européennes minoritaires ”régionales” et enracinées. Il s’agit de permettre aux populations d’origine immigrée de se prévaloir de leur langue native et d’avoir le droit de ne plus employer le français.

On ne nous fera pas croire qu’un Breton ou un Corse ou un Alsacien devant un tribunal, un guichet de la Sécu ou un formulaire administratif est handicapé par la pratique du français et préférerait sa langue ”régionale” que dans plus de 99% des cas il ne maîtrise pas ou ignore totalement.

En revanche, il existe, depuis peu de temps, deux autres catégories de populations :

1) Des immigrés, souvent clandestinsqui ne maîtrisent pas le français.

2) D’autres, qui le maîtrisent, mais qui, par revendication et hostilité, n’attendent qu’une seule chose : l’instauration de l’arabe ou du turc (comme un ”droit”) dans la pratique officielle linguistiqueOn imagine les conséquencesElles seront ingérables. Devant un tribunal ou une administration, une personne pourra exciper de sa ”langue minoritaire” pour ralentir ou entraver les procédures, en demandant des traducteurs, par exemple. Les islamisateurs de la France y trouvent leur compte.

L’objectif caché est de supprimer l’usage officiel du français énoncé par l’article 2 de la Constitution et qui s’inspire de l’édit de Villers-Cotterêts (1539) du Roi François 1er, instituant le français à la place du latin comme langue polico-administrative obligatoire.

(1) Il s’agit d’une entreprise dissimulée de défrancisation, de déseuropéanisation. Nos voisins et amis allemandsespagnols ou autres sont autant visés que nousL’arrivée massive, ces derniers mois, de vagues de migrants clandestins qui ne parlent pratiquement pas ou mal les langues européennes, augmente l’acuité du problème.

Cette Charte des langues régionales ouvre donc la voie, la boîte de Pandore, à des revendications de locuteurs de langues étrangères en France (et plus du tout ”régionales”) qui vont se réclamer du ”pourquoi pas nous ? ” C’est la porte ouverte (voulue ?) à des exigences de l’emploi de l’arabe, du turc ou de langues extra-européennes dans la vie quotidienne et dans les rapports avec l’administration. Les dernières mesures de Mme Vallaud- Belkacem en faveur de l’enseignement de l’arabe dans le primaire et le secondaire vont dans le même sens

Il s’agit d’une entreprise de subversion.

Le trotskisme n’est pas loin, ni l’islam…

Les organes du Conseil de l’Europe sont chargés du respect de la Charte des langues régionales. Comme en toutes matières, les institutions européennes non élues (mais nommées par leurs pairs), anti démocratiquesinstances strictement partisanes et idéologiques, marquent des buts contre la véritable identité européenne et l’avis des peuples de notre Continent.

En revanche, face à la domination de la langue anglo-américaine dans les institutions européennes, le Conseil de l’Europe ou la Commission ne font rien, elles ne promeuvent aucune ”charte” d’égalité des langues nationales. Nombre de documents ne sont même plus traduits dans les langues nationales et sont livrés en anglaisÉgalité ?

La Charte des langues régionales est donc un enfumage, un stratagème idéologique, qui utilise la défense des identités régionales européennes pour promouvoir les langues et les cultures extra européennes, en particulier l’arabe et le turc. Il faut être idiot pour se laisser prendre à ce piège.

(1) La grande erreur de la république jacobine a été d’interdire et d’opprimer les langues et parlers régionaux, notamment le breton. Elle a créé un clivage aberrant, un conflit idiot, par obsession centraliste, entre la langue politico-administrative et culturelle centrale, le français, et les langues régionales. Les archéologues ont démontré que les habitants de Pompéi parlaient et écrivaient en osque alors que le latin était la langue administrative et politique incontestée. L’osque n’était nullement interdit. Les habitants étaient parfaitement bilingues, voire trilingues puisque beaucoup parlaient grec.

Note BYR : Si je suis parfaitement d'accord avec l'auteur de ce texte pour dire qu'en effet une ratification de cette fameuse Charte serait l'ouverture de la boite de Pandore à toutes les exigences possibles et imaginables, j'estime que la République n'a pas fait d'erreur en interdisant les autres langues et dialectes régionaux. Le français est le ciment principal qui aura fait l'unité du pays. La seule langue en danger en France est la langue française.Et la ratification de cette Charte serait une épine de plus plantée dans le corps de notre pays.