lundi 29 février 2016

Les lumières de la langue française : un rempart choisi par le Maroc pour faire face à l’obscurantisme islamiste

Viallet

Communiqué de Loup Viallet, président du Collectif Mer et Francophonie (ONG) du 29/02/2016

Le Roi du Maroc vient de mettre un terme à 30 ans d’arabisation de l’enseignement marocain devant le constat d’échec de cette politique.

L’arabisation, engagée dans les années 1970, a entraîné un décrochage du niveau scolaire des petits marocains. Voulue par les islamistes croyant que l’arabe aiderait à l’islamisation, cette politique a entraîné l’affaiblissement du système scolaire, entraînant notamment la suppression de la philosophie

Le retour du français sonne donc comme une bonne nouvelle pour le niveau scolaire des marocains, mais aussi comme une bonne nouvelle dans la lutte engagée par le Maroc contre les islamistes.

Le Collectif Mer et Francophonie se réjouit de cette victoire qui concourt au prestige de la langue française dans le monde. Une langue qui s’impose plus que jamais comme la langue de l’émancipation des esprits face à l’obscurantisme de l’islamisme radical.

Collectif Mer et Francophonie

Oui à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires de 10 ans mais avec un EDF 100% public

Civaux centrales nucléaires EDF

Communiqué de presse du Collectif Nouvelle Ecologie du 29/02/2016

La ministre de l’écologie Ségolène Royal est favorable à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires de 10 ans.

Le Collectif Nouvelle Ecologie se réjouit de cette position puisqu’il est impossible de se passer dans le même mouvement de l’ensemble des énergies fossiles et du nucléaire. Cette idée véhiculée par les verts depuis de nombreuses années n’a pas de sens. L’urgence est de se passer des énergies fossiles pour des raisons climatiques mais aussi pour des questions de santé publique et d’indépendance nationale. Dans ces conditions, la France ne peut pas se passer de l’énergie nucléaire dans un court espace de temps.

Il est bon de rappeler que l’énergie nucléaire ne rejette aucun gaz à effet de serre et que la stabilité de la production électronucléaire est nécessaire dans le contexte de l’abandon à terme des énergies fossiles et de leur remplacement progressif par des énergies renouvelables.

Il est en revanche nécessaire qu’EDF redevienne une entreprise 100% publique, avec pour objectif principal la sécurité des centrales. En effet, la rentabilité à tout prix est en contradiction avec l’objectif de sécurité publique. De nombreux reportages ont montré que le recours à la sous-traitance et l’objectif de minimisation des coûts d’entretien et de réparation des centrales nucléaires multiplient les risques d’incidents nucléaires et augmentent fortement les probabilités d’accident.

Pour ces raisons, le Collectif Nouvelle Ecologie est très favorable à un EDF 100% public, totalement investi dans sa mission de service public et de sécurité des centrales nucléaires. Un programme d’investissement massif vers les énergies renouvelables est par ailleurs nécessaire pour que la France réalise sa transition énergétique à un coût raisonnable.

Collectif Nouvelle Ecologie

La solidarité diasporale : un scandale qui ruine la France et les pays d’émigration

http://collectifmeretfrancophonie.fr/wp-content/uploads/2016/02/200BC72DF4C045E89762A92C505194AF.jpg
http://collectifmeretfrancophonie.fr/wp-content/uploads/2016/02/INFO_COMEF_02_B.jpg

Superpompe de l’immigration de masse, le principe de solidarité diasporale (défini en 2012 par la Commission européenne), qui prétend que les transferts de fonds des migrants vers leurs pays d’origine permettent le bon développement de leur économies, coûte chaque année au moins 10 milliards d’euros – et jusqu’à 17 milliards d’euros en comptant les estimations de flux informels – de fuite des capitaux à la France

Défendue aussi bien par Nicolas Sarkozy que par François Hollande, cette fable du développement par l’émigration entretient en réalité misère, dépendance, et flux migratoires massifs tout en empêchant l’émergence d’économies solides dans les pays d’émigration.

Collectif Mer et Francophonie

Moscou : elle décapite un enfant de 4 ans et brandit la tête dans la rue en criant "Allah Akbar"


Les faits, comme les images, dépassent l'entendement. Une quarantenaire a été arrêtée alors qu'elle brandissait la tête décapitée d'un enfant âgé de trois ou quatre ans en pleine rue, ce lundi matin à Moscou. Selon les autorités russes citées par la chaîne LifeNews, elle était la nourrice de la petite fille qu'elle a elle-même tuée et des témoins ont affirmé qu'elle aurait crié "Allah Akbar" et "je suis terroriste" au moment où elle a été interpellée.

Cette scène d'horreur s'est déroulée près de la station du métro moscovite Oktyabrskoye. Les passants, cités par les chaînes de télévision russes, ont décrit une femme vêtue d'une longue robe noire et voilée qui déambulait dans la rue en menaçant de se faire exploser. Puis, "elle a sorti la tête de l'enfant d'un paquet et elle a marché un moment dans la rue en criant. Personne ne s'est approchée d'elle, tout le monde avait peur", a raconté un témoin cité par l'agence RIA Novosti.

Les forces de l'ordre sont ensuite intervenues pour la maîtriser. Aucune trace d'explosif n'a été retrouvée sur elle, ont précisé des sources policières. Les autorités ont communiqué son profil, évoquant une femme "originaire d'un pays d'Asie centrale", qui serait l'ex-république soviétique d'Ouzbékistan, et "née en 1977".

Quant à sa petite victime, il s'agirait d'une fillette dont elle avait la garde. Le corps a ainsi été découvert dans un appartement peu éloigné du nord-ouest de Moscou et "était décapité". La nourrice aurait ainsi "tué l'enfant avant d'incendier l'appartement et de s'enfuir", tout en "emport(ant) la tête avec elle", ont précisé des sources proches de l'affaire aux médias russes. D'autres avancent enfin que la meurtrière aurait agi sous l'emprise de la drogue. Une enquête a été ouverte.

Le 29/02/2016

France Soir

Calais : un démantèlement de la "jungle" sous haute tension entre migrants et CRS

CRS Calais 2015

Dès le début de la matinée, une vingtaine de salariés d'une entreprise de travaux publics ont débarqué sur le camp pour débuter l'évacuation de la partie sud de la "jungle". Entre 800 et 1.000 migrants vivraient dans cette partie de Calais selon la préfecture. Un chiffre loin de celui estimé par les associations qui évoquent 3.450 personnes.

À la main, le personnel a démonté les abris de fortune un à un vidant ainsi ces "lieux de vie", comme on pouvait le lire sur certaines cabanes, dans de grandes bennes réquisitionnées pour l'occasion. De nombreux migrants ont d'abord observé à distance cette opération qui se déroulait sur une zone de 100 m sur 100 m, dûment quadrillée par les forces de l'ordre.

Des forces de l'ordre présentes en nombre alors qu'une trentaine de véhicules de CRS et deux camions antiémeute étaient stationnés à une entrée du camp. Mais après une matinée relativement calme, le démantèlement a pris une nouvelle tournure dès le début d'après-midi. Un départ de feu de cabanes a fait dégénérer la situation : des projectiles ont été lancés sur les CRS par des migrants et des militants de No border. En fin de journée, des heurts sporadiques opposaient encore migrants et CRS alors que trois membres des No border et un migrant mineur ont été interpellés.

Cinq CRS ont été légèrement blessés, selon la préfecture.

Par Claire Gaveau le 29/02/2016 avec AFP

RTL

Communiqué de presse du Front National du 29/02/2016

Marine salon de l'agriculture 2015

Communiqué du Front National du 29/02/2016

Marine Le Pen se rendra demain, mardi 1er mars, au Salon de l’agriculture. La Présidente du Front national ira à la rencontre et à l’écoute des agriculteurs qui vivent une des plus graves crises des dernières décennies ; des rendez-vous professionnels ont été pris avec les responsables des principales filières pour évoquer les solutions réalistes et porteuses d’espoir que propose le FN pour l’agriculture francaise.

Elle sera accompagnée de Marion Maréchal Le Pen, député de Vaucluse, Edouard Ferrand et Philippe Loiseau, membres de la Comagri au Parlement européen, Gilles Pennelle, président du groupe FN au Conseil régional de Bretagne, et Wallerand de Saint-Just, président du groupe FN au Conseil régional d’Île-de-France -ainsi que de différents conseillers régionaux.

Front National

Mais pourquoi les touristes japonais reviendraient-ils à Paris ?

WDSJ 2015

Communiqué de Wallerand de Saint Just, président du groupe FN-IDF BLEU MARINE au conseil régional Ile-de-France du 29/02/2016

Anne Hidalgo et Valérie Pécresse s’offrent bras-dessus bras-dessous un voyage commun jusqu’au Japon. Objectif, faire revenir les touristes nippons dans la capitale désertée depuis les attentats du 13 novembre. Il est permis de douter fortement que leur présence sur place, aux frais du contribuable, puisse y changer quoi que ce soit.

Car au fond, pourquoi les Japonais reviendraient-ils ? Rien n’a été fait pour la sécurité publique depuis les attentats qui les ont fait fuir, un constat évident jusque de l’autre côté de la planète. Qui plus est, les touristes asiatiques sont toujours une cible de premier choix, réputés fortunés et faibles, pour les délinquants de tout ordre qui pullulent à Paris et en petite couronne en toute impunité.

Il ne suffira donc pas aux siamoises franciliennes d’aller voir se lever le soleil et de faire de la communication pour faire revenir les touristes asiatiques.

En revanche, des mesures préconisées par le Front National, comme la création d’une police municipale à Paris, à laquelle se refuse Anne Hidalgo, ou une véritable augmentation des effectifs de sécurité dans les transports en commun, pour lesquels Valérie Pécresse se contente d’effets d’annonce, pourraient au moins y contribuer.

Front National

Hashim Thaçi, « chef de la pègre », est élu nouveau « président » du Kosovo

Thaci Kosovo

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma    connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.


Par Nikola Mirkovic le 29/02/2016

Après dix heures de tractations, trois tours de vote, un gazage lacrymogène et des échauffourées, le « Parlement » du Kosovo a finalement élu, le 26 février, le nouveau président du Kosovo : l’actuel « ministre des Affaires étrangères » Hashim Thaçi. À l’extérieur, les opposants lançaient des cocktails Molotov sur la police et, quand ils disparurent, les partisans de Thaçi déambulèrent dans les rues de Priština avec des drapeaux albanais, américains et kosovars en scandant le nom du groupe terroriste « UCK » et en tirant leurs révolvers en l’air pour manifester leur joie.

Dans l’Assemblée du Kosovo se trouvaient, ce jour-là, le chef du bureau de l’Union européenne au Kosovo et l’ambassadeur américain, qui étaient venus s’assurer que leur favori, M. Thaçi, était bien élu. Car M. Thaçi est bien le poulain de Bruxelles et de Washington, c’est lui qui a été imposé lors des négociations avec Belgrade, en 1999, à Rambouillet et, depuis cette promotion, il règne sur le Kosovo comme un seigneur de guerre.

Hashim Thaçi est l’ancien chef de l’UCK, groupe qui est responsable, entre autres, de plus de 1.885 attaques et 288 assassinats rien qu’en 1998 . Même l’envoyé spécial de Bill Clinton dans les Balkans, Robert Gelbard, a qualifié ce groupe de « terroriste » et pourtant, c’est sur l’UCK que l’OTAN va s’appuyer pour lutter contre l’armée régulière yougoslave et coordonner ses bombardements illégaux en 1999. Fort heureusement, ce que l’OTAN cache pendant les bombardements ne restera pas longtemps secret.

Dans le rapport du Conseil de l’Europe sur le « Traitement inhumain des personnes et le trafic d’organes humains au Kosovo », M. Thaçi est cité 24 fois dans un document de 29 pages ! Le rapport accuse M. Thaçi de nombreux crimes et d’être entre autres le « plus dangereux des parrains de la pègre de l’UCK ». Un rapport de l’OTAN, fuité par le quotidien anglais The Guardian en 2011, révèle que Thaçi est un « des plus gros poissons » du crime organisé au Kosovo. Même l’ex-procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, Carla Del Ponte, qu’on ne peut pas vraiment soupçonner de sympathie pro-serbe, accuse la tête de l’UCK d’être responsable de nombreux trafics, dont le trafic d’organes. Les documents et témoignages à charge contre Thaçi sont nombreux et, pourtant, c’est lui que les pays atlantistes imposent encore aujourd’hui à la tête du Kosovo.

La guerre déclenchée contre la Serbie par l’OTAN n’avait rien à voir avec la démocratie ni les droits de l’homme : la démocratie au Kosovo est un cirque, la région est devenue une des plus pauvres d’Europe et le dernier rapport d’Amnesty International (qui ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, tout comme l’ONU, la Russie, l’Espagne, le Vatican, l’Inde) épingle la violence, les pressions et les actes antichrétiens qui se poursuivent au Kosovo encore aujourd’hui. Seuls l’OTAN, la classe politique, le crime organisé et quelques très grandes multinationales issues du camp atlantiste tirent leur épingle du jeu, et c’est pour cela qu’ils ne souhaitent surtout pas changer la situation actuelle et qu’ils soutiennent leur homme lige dans le « pays » qu’ils ont eux-mêmes créé.

Les automobilistes devront-ils payer pour les immigrés clandestins ?

Guiniot France 3 Picardie

Communiqué de presse de Michel Guiniot, Membre du Bureau Politique, Président du groupe FN au Conseil départemental de l’Oise du 29/02/2016

Fabienne Keller, Sénatrice UMP du Bas-Rhin, ex-maire de Strasbourg, récemment invitée de l’émission « Face aux chrétiens » sur KTO a été interrogée par les journalistes sur la situation des « réfugiés » immigrés clandestins en Allemagne.

Fabienne Keller a estimé que : « face à cette déferlante le système est débordé… c’est un sujet allemand qui va devenir européen ».

Elle pense qu’il faut « examiner avec intérêt la position du ministre allemand des finances, de créer une taxe migrants en taxant le gazole et l’essence pour se donner les moyens puissants de leur intégration sinon on va vers d’énormes problèmes ».

Les choses sont donc claires : les élus de l’UMPS plutôt que de proposer la mise en place de mesures destinées à endiguer le flot migratoire incessant ont d’ores et déjà capitulé face à ce gravissime problème.

Ne doutons pas un instant que la proposition allemande, reprise par F. Keller, va faire son chemin et aboutira très certainement à la création d’une taxe supplémentaire sur les carburants, payée par les automobilistes !

Front National

Contrôle des armes à feu : La Commission européenne rate encore sa cible

Mylène Troszczynski FN

Communiqué de presse de Mylène Troszczynski, Député français au Parlement Européen du 29/02/2016

La Commission européenne profite de l’émotion dramatique suscitée par les attentats islamistes du 13 novembre dernier pour s’attaquer aux libertés publiques et, sous l’impulsion de B. Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a décidé de durcir les dispositions législatives relatives à l’acquisition et à la détention des armes à feu par la révision d’une directive européenne existante au prétexte de lutter contre le commerce illégal d’armes à feu.

Avec cette nouvelle directive, qui met dans le même panier terroristes, trafiquants d’armes, chasseurs, tireurs sportifs, collectionneurs…, la Commission se montre incapable de prévoir les conséquences économiques qui en découleront : perte de valeur pour les collectionneurs, commerce des armes légales, perte d’emplois dans tous les secteurs qui en vivent.

Il semblerait pourtant que les députés européens trop souvent favorables aux délires de la Commission aient pour une fois accueilli avec scepticisme la proposition législative probablement à cause de sa maladresse mais sûrement suite à la très vive réaction de la société civile, consciente de l’entourloupe et de cette nouvelle atteinte aux libertés publiques.

Les députés Front National et l’ensemble du groupe Europe des Nations et des libertés vous défendent jour après jour sur ce dossier comme sur tous les autres pour que la révision de cette directive soit finalement rejetée et que la Commission européenne change définitivement son fusil d’épaule.

Nous tiendrons informés l’ensemble de la société civile des évolutions du texte à l’étude.

Retrouvez l’intervention de Madame Troszczynski, député FN-ENL au Parlement européen le 24/02/2016 : https://www.youtube.com/watch?v=p3D37wy47D0

Front National

dimanche 28 février 2016

L'Union européenne détaxe l'huile d'olive tunisienne mais lance une procédure contre Intermarché !

Huile d'olive

Alors que la Commission européenne a lancé une procédure à l'encontre du groupe Intermarché qui en partenariat avec Leclerc s'était mis d'accord pour acheter du porc à prix plancher en 2015 aux producteurs Français, car selon elle, il s'agit là d'une entrave à la concurrence étrangère, la même commission à obtenu du Parlement européen une détaxation de l'huile d'olive tunisienne permettant l'importation en franchise de droits de 70.000 tonnes supplémentaires de son huile d'olive vierge dans l'UE, en 2016-2017 !

Merci l'Europe bruxelloise !

Intermarché accepte d’acheter la viande française plus cher, l’Europe dit non

Boucher_intermarch_

Le groupe commercial est visé par une enquête de la Commission européenne pour avoir décidé d’acheter sa viande plus cher aux éleveurs français.

Le motif ? Il s’agirait d’une entrave à la concurrence étrangère.

Intermarché serait donc sous le coup d’une enquête de la part de la Commission européenne après s’être mis d’accord avec son concurrent, le groupe Leclerc, pour acheter la viande porcine française à un prix plancher. C’est en tout cas ce que le dirigeant du groupe, Thierry Cotillard, a révélé à Libération dans un entretien mis en ligne vendredi : «Sur le porc, l'été passé [en 2015], Intermarché s'était accordé avec Leclerc pour acheter le kilo (de porc) 1,40 euro (...). Mais ça n'a pas tenu. 
Maintenant, Bruxelles nous tombe dessus et enquête».

Un frein au libre marché, accuse Bruxelles

En 2015, le gouvernement français avait fixé un objectif de prix d’achat de 1,40 euros par kilo de porc, alors que les cours de la filière s’étaient écroulés en dessous du prix de revient des producteurs. Différentes enseignes de grande distribution, comme Leclerc ou Intermarché, avaient accepté ce coût.
Oui mais voilà, la Commission européenne estime aujourd’hui «que cet accord était discriminant vis-à-vis des pays tiers. Donc maintenant, nous sommes très prudents pour trouver des solutions», déplore Thierry Cotillard.

Intermarché n’a pas dit son dernier mot

Si le groupe français risque une amende qui pourrait atteindre 5% de son chiffre d’affaires annuel, il se prépare toutefois à signer un contrat de cinq ans «avec une vingtaine de producteurs partenaires», leur garantissant un prix minimum d'1,50 euro le kilo. Le dirigeant d’Intermarché ajoute ne pas avoir «mis de prix plafond. C'est-à-dire que si ça monte à 1,80 euro, on paiera 1,80 euro».

Cette nouvelle révélation sur le rôle joué par Bruxelles dans la baisse des prix de vente de la viande survient alors que les agriculteurs mènent de nombreuses actions en France pour dénoncer le manque de rentabilité et la politique européenne dans leur secteur.

Le sujet a d’ailleurs fait une entrée fracassante au Salon International de l’Agriculture, qui se tient à Paris du 27 février au 6 mars. Une action a notamment été menée contre le stand du ministère français de l’Agriculture, qui a été saccagé, pendant que le président François Hollande, lui, était hué. Sur place, certains manifestants n'hésitaient pas à mettre en cause la responsabilité de l’Union européenne dans la chute des prix qu'ils dénoncent.

Le 27/02/2016

RT France

samedi 27 février 2016

Classement sans suite des plaintes contre le DPS : justice a été rendue

DPS blason

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National du 27/02/2016

Le 1er mai 2015, le service de sécurité du Front national (DPS) était intervenu pour protéger notre rassemblement et ses participants face à des Femens qui tentaient de le perturber. La décision qui vient d’être rendue par la justice de classer sans suite les plaintes à l’encontre du DPS, balaie l’ensemble des accusations diffamatoires dont ses membres avaient fait l’objet et qui ont été abondamment relayées par certains médias.

Cette décision confirme que le DPS a accompli son travail avec rigueur et professionnalisme pour évacuer des Femens qui se livraient à des saluts nazis et proféraient des insultes extrêmement violentes lors d’une manifestation démocratique.

La défense de ces militantes d’extrême gauche par le Premier ministre en personne, suite à leur évacuation, était donc sans fondement.

Manuel Valls devrait présenter ses excuses envers le premier parti de France, pour avoir servi de caution à des Femens qui portent gravement atteinte à l’ordre public.