jeudi 16 février 2017

Non à la personnalité juridique des robots !

Lebreton Parlement UE


Communiqué de Presse de Gilles Lebreton, Député français au Parlement européen du 16/02/2017

Les robots intelligents sont devenus une réalité. Ce sont des machines programmées pour prendre des décisions, comme par exemple les voitures sans conducteurs ou encore certains robots chirurgicaux.

Le Parlement européen a décidé de s’en préoccuper car leur intelligence dépassera dans un proche avenir la capacité intellectuelle de l’être humain. C’est pourquoi il a voté, le 16 février, le rapport Delvaux dont l’un des objectifs est d’encadrer leur utilisation par des principes éthiques tels que le respect de la vie privée et de la liberté humaine.

Sur le plan de la responsabilité, hélas, ce rapport préconise des solutions dangereuses. Car il ne se borne pas, comme il aurait dû le faire, à recommander la mise en place par les Etats d’un régime d’assurance obligatoire et d’un fonds de garantie.

Il envisage en effet la création « d’une personnalité juridique spécifique aux robots », ce qui reviendrait à considérer les robots comme, y est-il écrit, « des personnes électroniques responsables ».

Le Front National s’élève contre cette perspective pour deux raisons. D’abord parce qu’elle exonérerait leurs fabricants et leurs utilisateurs de toute responsabilité, ce qui réjouirait sans aucun doute de puissants lobbies. Ensuite et surtout parce qu’il estime comme Jacques Maritain que la personne humaine possède une « surexistence spirituelle » à laquelle aucune intelligence artificielle ne saurait être comparée. C’est pourquoi il a voté contre ce rapport.

Front National