mardi 31 janvier 2017

Conférence du prédicateur islamiste Hani Ramadan à la mosquée UOIF de Roubaix : le Préfet du Nord doit l’interdire !

Briois maire Hénin 1

Communiqué de presse de Steeve Briois, Vice-président du Front National, Maire d’Hénin Beaumont et Député français au Parlement européen du 31/01/2017

La mosquée UOIF de Roubaix, organise ce samedi 4 février 2017, une conférence avec deux prédicateurs islamistes, Eric Younous et Hani Ramadan. Parce que ce dernier a déclaré que la lapidation des femmes adultères devait être considérée comme une « purification » ou encore qu’une femme non voilée était comme « une pièce deux euros » car « visible pour tous, elle passe d’une main à l’autre », le frère de Tarik Ramadan ne doit plus pouvoir sévir et prêcher un discours de haine des droits des femmes et de notre civilisation.

Le Préfet du Nord doit considérer que tels propos tenus pour certains en 2016, dans un contexte de menace d’attentats islamistes, constituent une grave menace à l’Ordre public. C’est pourquoi, alors que la France vit encore sous l’Etat d’urgence, il n’est pas admissible qu’une telle conférence puisse avoir lieu ni que le ministre de l’intérieur Bruno Le Roux laisse pénétrer sur notre sol, un prédicateur islamiste étranger qui entretient des liens notoires avec la confrérie des frères musulmans. A ce titre, le Préfet du Nord pourra se fonder sur un précédent arrêté d’interdiction à l’encontre d’Hani Ramadan, qui avait été pris par le maire de Nîmes en septembre 2016 et avait été validé par le juge des référés du tribunal administratif.

Le Front National rappelle qu’en France, l’égalité homme-femme est un principe non négociable et que tout propos justifiant des pratiques barbares d’un autre âge n’aura jamais sa place dans aucun territoire de la République. A ce titre, l’accueil du prédicateur par une mosquée gérée par l’UOIF démontre la menace que fait peser cette organisation sur la laïcité et l’identité nationale et l’urgence qui commande sa dissolution

L’interdiction de la conférence d’Hani Ramadan et son expulsion du territoire national doivent désormais marquer le début d’une politique de tolérance zéro avec l’islamisme, terreau sur lequel prospère le terrorisme.

Front National

Mal-logement : il est temps de prendre des mesures concrètes, pour les Français !

Mal logement

Par Marine Le Pen le 31/01/2017

Aujourd’hui, la Fondation Abbé-Pierre a rendu public son rapport sur le mal-logement.

Le constat de la Fondation est alarmant : la crise du logement a atteint un paroxysme inquiétant. Plus de quinze millions de personnes sont désormais concernées par des difficultés, soit le quart de la population. Effort financier excessif, loyers ou charges impayés, précarité énergétique, surpeuplement, les visages de cette crise sont multiples. Je note avec inquiétude que 2 180 000 familles sont concernées par le surpeuplement accentué, c’est-à-dire qu’elles occupent des logements beaucoup trop petits auxquels il manque au moins deux pièces. Et 4 299 000 familles vivent dans un surpeuplement modéré, donc avec une pièce en moins que ce qu’il leur faudrait. Cela veut dire que de nombreux enfants sont entassés à plusieurs dans des chambres sans espace personnel, ce qui a des conséquences certaines sur leur scolarité, leur épanouissement et leur avenir

En dix ans, le nombre de Français qui doivent renoncer à se chauffer correctement a augmenté de 44 %. La précarité énergétique est encore accentuée par la hausse des prix de l’énergie et la libéralisation à marche forcée du secteur. Nous voyons désormais certains de nos concitoyens âgés et isolés mourir de froid dans leur propre logement, comme cette vieille dame de 89 ans dont je parlais dans mon précédent post.

Devant cette situation dramatique, je suis en désaccord avec certaines des solutions proposées par la Fondation Abbé-Pierre et relayées par certains candidats à l’élection présidentielle ; certaines idées seraient en effet tout à fait intéressantes mais il est absurde de supposer que les instances les mieux à même de s’occuper du logement seraient les intercommunalités et l’Union européenne. Au contraire, c’est à l’élu local de proximité le mieux connu des Français et le plus proche d’eux, le plus au fait des situations réelles de ses administrés, le maire, qu’il revient de mener des politiques cohérentes, dans un cadre national strict défini par la loi pour éviter les dérives. En s’en référant à des niveaux opaques, bureaucratiques et non-élus, on ne saurait faire progresser les choses. On constate que sur ce sujet aussi, pourtant au cœur de la vie concrète et quotidienne des Français, l’idéologie l’emporte encore bien souvent sur le bon sens.

De plus, un point fondamental mérite qu’on s’y arrête.  Alors que chacun note la détérioration continue de la situation du logement en France, la plupart des candidats à l’élection présidentielle appellent à accueillir toujours plus de migrants. Alors que la France a besoin plus que jamais d’un État qui assume ses responsabilités et se préoccupe des besoins urgents et vitaux des Français, il est irresponsable de prétendre vouloir prendre en charge toute la misère du monde. Essayons déjà de réduire la misère déjà présente en France !

Comment concevoir que des personnes aujourd’hui dorment dehors ou dans leur véhicule, pendant que l’Etat et les collectivités concentrent leurs moyens sur des centres d’accueil de migrants qui n’ont pas vocation à être sur le territoire national ?

Dans un rapport de 2015, alors que la situation était beaucoup moins tendue qu’aujourd’hui, la Cour des Comptes déplorait déjà que « l’engorgement des hébergements pour les demandeurs d’asile se répercute sur l’hébergement d’urgence de droit commun à destination des sans-abri et s’inquiétait d’un « risque d’éviction » des SDF.

Pour améliorer rapidement la situation, je veux mettre en place au plus vite après mon élection un grand plan logement. D’abord, par des aides à la construction et à la réhabilitation (en particulier l’isolation thermique). Ensuite, je veux répondre à la forte demande sur le parc social notamment par la mise en œuvre d’une priorité pour les Français dans l’accès au logement social car il est inacceptable que les familles françaises attendent en vain pendant des années le logement social décent auquel elles ont droit. Je veux également faciliter l’accès à la propriété en vendant chaque année 1 % du parc social à ses occupants. Il faut aussi faire baisser pour les plus modestes la taxe d’habitation dont l’augmentation incontrôlée a mis de nombreux foyers dans l’embarras, et pérenniser les aides personnelles au logement.

Oui, une politique de logement ambitieuse est nécessaire. Non, elle ne passe pas par des délégations de pouvoir à des strates administratives éloignées des citoyens et par une immigration toujours plus massive ; c’est tout l’inverse. Il faut un projet fort, cohérent, lucide et soucieux avant tout des intérêts des Français.

C’est ce projet que je porte et que je propose, au nom du peuple.

Marine 2017

Marine Le Pen rejette la demande de restitution de 300 000 euros au Parlement européen

Marine Le Pen Coblence 1

C'est une fin de non-recevoir.

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a rejeté la demande de recouvrement du Parlement européen, à quelques heures de son échéance, mardi 31 janvier. La présidente du Front National était sommée de rembourser 298 40 euros pour avoir rémunéré comme assistante parlementaire Catherine Griset,  2010 à 2016. Or à cette époque, celle-ci était la secrétaire, puis la cheffe de cabinet de la présidente du Front National.

Marine Le Pen avait jusqu'au 31 janvier pour restituer cette somme, le Parlement européen estimant que Catherine Griset travaillait en réalité pour le FN et non dans les locaux de l'institution. Outre ce cas, les sommes perçues pour rémunérer comme assistant Thierry Légier, son garde du corps, font aussi l'objet d'une procédure, pour un montant de plus de 41 500 euros.

"Une décision unilatérale et illégale"

Alors que l'AFP lui demandait si elle entendait "rembourser" cette somme d'ici à mardi soir, cette dernière a répondu : "Pour rembourser, il faudrait que je les ai perçus, mais je ne m'appelle pas François Fillon", lui-même faisant l'objet d'une enquête sur des soupçons d'emplois fictifs concernant son épouse Penelope, employée comme assistante parlementaire.

"De surcroît, je conteste formellement cette décision unilatérale et illégale" a encore dit la présidente du FN, qui avait déjà estimé que l'institution européenne agissait "en violation de l'Etat de droit". Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN et ex-avocat du parti a dénoncé, sur franceinfo, "des méthodes dictatoriales".

En l'absence de remboursement, Marine Le Pen pourrait se voir retirer à partir du 1er février 50% de son salaire d'eurodéputée, selon une source parlementaire. De même source, "les recouvrements sont en cours" pour la plupart des députés européens FN concernés, qui contestent tous, comme Bruno Gollnisch samedi dans un communiqué, ces décisions.

Le 31/01/2017 avec AFP

Franceinfo

Les lycées parisiens, nouveaux terrains de jeu de la racaille

Policier 3

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, Président du groupe FN-IDF Bleu Marine au Conseil régional d’Ile-de-France du 31/01/2017

L’après-midi du 30 janvier a vu un véritable déchaînement de violence dans plusieurs lycées parisiens. Cela commence par un jeune poignardé à mort devant le lycée Charles De Gaulle. Puis par un groupe forçant l’entrée du lycée Maurice Ravel en blessant le proviseur et son adjoint. Enfin par un adolescent tabassé devant le lycée Paul Valéry. De source policière, tous ces événements sont liés et s’apparentent à des règlements de compte entre bandes rivales.

Les lycées parisiens sont donc devenus le théâtre de l’explosion de l’insécurité dans certains quartiers de la capitale et de l’épanouissement de la délinquance et des phénomènes de bande à force de laisser faire et de laxisme judiciaire. Bien loin d’être les sanctuaires qu’ils devraient être, nos lycées sont devenus les points de repère et de regroupement de toute cette racaille.

Les élus franciliens du Front National apportent naturellement leur complet soutien aux personnels des établissements visés par ces règlements de compte. Nous demandons également le renforcement urgent de la sécurisation de ces établissements, mais surtout de leurs abords, principal point de faiblesse de la politique de l’exécutif régional. Nous demandons également une présence policière accrue à proximité des établissements identifiés à risque. En attendant une politique pénale enfin à la hauteur une fois Marine Le Pen élue à la présidence de la République.

Front National

"Hors-Système" ?

Macron Grimace

Ces derniers jours, surtout au soir de la primaire du PS qui aura vu la victoire de Benoît Hamon et de "sa" gauche "bien à gauche" sur Manuel Valls et les péripéties de François Fillon, j'entends certains commentateurs qui se démultiplient sur les chaînes de télévision et les stations radio, estimer que les Français vont probablement à présent se tourner en masse vers Emmanuel Macron, candidat "hors-système" à les entendre...

Creusons un peu le parcours du candidat à la présidence.

Titulaire de l'Inspection des finances au sortir de sa formation à l'ENA en 2004, il se met en disponibilité de la fonction publique pour rejoindre la banque d'affaire Rotschild en 2008 pour en être nommé associé deux ans plus tard, puis il est désigné gérant ( en février 2012, il prends 41% du capital de Lesieur Cristal, une filiale du groupe Avril, dont le président du conseil d'administration n'est autre que "l'ami" du FN et président de la FNSEA, Xavier Beulin...

Il en profite pour devenir ...millionnaire.

Banquier d'affaire, gérant d'entreprise...ce qu'il ne l'empêche pas de se voir nommé par décret en 2010 membre de la Commission pour la libération de la croissance française, présidé par Jacques Attali qui avait pondu des rapports au président Sarkozy plus ultra-libéraux les uns que les autres.

La suite , on la connaît mieux puisque dès le mois de mai 2012, ayant rejoint la fonction publique, il est apporté dans les bagages de François Hollande au palais présidentiel où il occupe le poste de Secrétaire général adjoint de l'Élysée, jusqu'en 2014 où au pied levé il remplace Arnaud Montebourg à Bercy dans le gouvernement de Manuel Valls.

Ah oui, j'oubliais, en 2007, il a bien faillit devenir le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon...

"Hors-système", Emmanuel Macron, vraiment ?

GS

Taux de croissance 2016 : l'échec des dogmes européistes

Flamme large

Communiqué de Presse du Front National du 31/01/2017

Le taux de croissance ridiculement bas de la France en 2016, estimé par l’INSEE à 1,1%, soit bien moins que les 1,4% attendus et moins bien encore qu’en 2015 (1,2%), est un échec cinglant du gouvernement dont la politique économique, mise œuvre sur injonction de l’Union européenne, ne produit aucun résultat.

Au vu de ces chiffres particulièrement mauvais et inquiétants, les propos du Ministre de l’Economie Michel Sapin, saluant une activité « dynamique », apparaissent aussi mensongers qu’indécents.

Au lieu de dénoncer la nouvelle politique économique des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, dont les perspectives de croissance sont autrement supérieures à celles de la France, et le bouleversement de « l’ordre commercial » à l’œuvre, pour reprendre les mots du ministre, Monsieur Sapin serait bien avisé de remettre en cause ses propres dogmes et de regarder les dégâts qu’ils ont causés dans notre pays, comme en témoigne encore dernièrement la délocalisation annoncée de l’usineWhirlpool d’Amiens en Pologne et ses centaines d’emplois.

La France ne doit donc pas rester sur le bord du chemin dans les grands mouvements qui s’annoncent. Oui, il est possible de remettre en cause la mondialisation sauvage et seule Marine Le Pen entend prendre le train du patriotisme économique et du protectionnisme intelligent, c’est-à-dire de la relocalisation des emplois et de l’économie de proximité. Pour retrouver de la croissance et de la productivité, il faudra en outre redonner à notre pays les armes pour se battre dans la compétition mondiale, c’est-à-dire récupérer sa souveraineté économique, monétaire, budgétaire et commerciale.

Front National

Pour un « dégagisme » bien compris !

Presidentielle 2017

Oui, il existe une gauche en France et elle bouge encore: avec environ deux millions de votants à ce second tour des primaires (un million de moins qu’en 2011), un seuil symbolique de participation a été atteint dimanche et il a été fatale à Manuel Valls, nettement devancé par Benoit Hamon qui a totalisé 59% des suffrages. Une victoire à la Pyrrhus à écouter son adversaire malheureux qui, dans son discours  actant sa défaite hier soir, n’a pas manqué de se livrer à son habituel plaidoyer pro domo,  de dénoncer rituellement le FN et sa candidate,  mais s’est surtout déjà posé implicitement en recours face à l’échec programmé de M. Hamon à cette présidentielle

Un exercice difficile pour M. Valls  qui doit  taper sur le programme irréaliste de l’aile gauche du PS,  tout en essayant de ne pas faire le jeu d’un Emmanuel Macron qui est pour l’avenir son concurrent direct sur le créneau du social-réformisme et de l’euroatlantisme.

Il a été dit, et c’est juste, que l’ex ministre de l’Intérieur et Premier ministre de François Hollande a payé les déceptions générées par ce désastreux quinquennat sur le plan économique et social, son image de rigidité, d’autoritarisme, la loi el Khomri, le 49-3, les polémiques sur la déchéance de la nationalité, le burkini…  Manuel  Valls qui, comme Benoit Hamon, avait placé symboliquement sa campagne sous le signe des quartiers pluriels a certainement été également la cible des électeurs de cette primaire se reconnaissant dans la nébuleuse gauchiste autour de Nuit Deboutde ceux  issus notamment de la diversité, dont certains sont sensibles aux mots d’ordre, aux consignes des associations communautaires ou d’une certaine extrême gauche dite pro palestinienne qui a fustigé son «sionisme». Nous touchons là aussi aux effets d’une primaire ouverte qui donne potentiellement aux adversaires d’un parti ou d’une ligne, la possibilité de peser de manière déterminante sur son destin

Toute maison divisée contre elle même périraC’est donc ce PS profondément  clivé, déboussolé, écartelé que doit tenter de rassembler Benoit Hamon derrière sa candidature alors que grandit la capacité d’attraction de la planète Macron, nouveau chouchou des médias progressistes. Un soutien de M. Valls comme le député PS du Val d’Oise, Philippe Doucet, membre fondateur du Pôle des réformateurs,  affirme d’ores et déjà que la moitié des 60 parlementaires socialistes appartenant à ce Pôle, députés et sénateurs pourraient être «tentés par l’hypothèse Macron ». Son collègue Gilles Savary, député de la Gironde, a expliqué à l’Afp: « C’est un droit de retrait de la campagne de (Benoît) Hamon, une sorte d’objection de conscience ».

La victoire de M. Hamon est une bonne opération pour M. Macron qui est en effet  en droit d’espérer, y compris dans les urnes,  le ralliement du courant  social-réformiste. A contrario  les mélenchonistes eux, font  grise mine. Beaucoup sont soucieux de l’arrivée dans la cour des grands d’un Hamon dont la jeunesse, le style, le discours assumé de gauche radicale ringardiserait la  candidature de Jean-Luc Mélenchon  qui rêvait, suprême revanche, de battre le candidat du PS.

Jeudi dernier, M. Mélenchon, droit dans ses bottes,  refusait toute idée d’alliance avec M. Hamon en cas de victoire de celui-ci. Une inflexion du discours s’est faite entendre dimanche, puisque contraint et forcé, le candidat soutenu par les communistes  se félicitait d’une défaite de Valls, une « victoire du dégagisme »,  du succès de Benoit Hamon notant chez lui des  « paroles si proches des nôtres », et évoquant  «un fait qui donnera ses fruits le moment venu » . « C’est à nous qui avons porté ce choix tant d’années d’être à la hauteur pour le rendre victorieux, la campagne des Insoumis, et ma candidature sont là pour cela. Rien que pour cela».

Est-il pour autant toujours le mieux placé?

Dès hier soir, Benoît Hamon a déclaré qu’il allait proposer à Yannick Jadot (EELV) et à Jean-Luc Mélenchon de construire « une majorité gouvernementale cohérente et durable pour le progrès social, écologique et démocratique ». Hier encore,  le sondage sur la présidentielle de la Sofres pour RTL, Le Figaro et LCI plaçait Benoît Hamon  à 13 % (15% en cas de non candidature Bayrou), tandis que  Jean-Luc Mélenchon  reculait très  sensiblement avec  10 % des suffrages. Selon  cette même enquête, Marine Le Pen resterait en tête de ce premier tour avec 25 % des intentions de vote, devant François Fillon et Emmanuel Macron dans un mouchoir de poche (respectivement 21% et 20%), François Bayrou (5 %)  et Nicolas Dupont-Aignan  (3 %)  fermant la marche.  Il est à noter la remarquable fermeté des électeurs qui envisagent de voter pour la candidate de l’opposition nationale, populaire et sociale.  Le choix des sondés est ainsi le plus sûr pour Marine Le Pen (77 %) devant  François Fillon (62 %) et Emmanuel Macron (38 %).

« Le problème de François Fillon, c’est le problème de la confiance entre le candidat et les Français » notait Marine cette fin de semaine sur TF1,  évoquant les affaires qui touchent d’ailleurs  également  Emmanuel Macron.  Le défi de Marine et de ses soutiens,  lui,  est de présenter dans les prochaines semaines  les 144 engagements  du programme à paraître.   Un travail d’explications et de présentation d’un  programme cohérent mais alternatif aux politiques mortifères menées depuis des décennies par la droite et la gauche euromondialistes, mais très  loin aussi des travers de la gauche démago et  internationaliste.

Bruno Gollnisch était hier invité  de la  traditionnelle Galette des Rois organisée par la fédération du FN de la Haute-Garonne, dirigée par le dynamique Julien Leonardelli. Dans une chaude ambiance, 400 militants avaient fait le déplacement pour écouter le député et membre du Comité stratégique de la campagne de Marine. Bruno a redit à cette occasion en quoi son programme était «parfaitement réaliste».  Oui, « la France peut redevenir une grande puissance », peut recouvrer son indépendance, sa prospérité, son identité. Comme au Royaume-Uni avec le Brexit, comme aux Etats-Unis avec la victoire de Trump,  il est impératif que les Français rejettent oukases, menaces et leçons de morale professés par le Système et/ou ses chiens de garde,  de Fillon à Mélenchon, de Hamon à Macron, du Medef à la CGT.  

Bref,  que nos compatriotes suivent leur instinct, écoutent  leur cœur et votent enfin pour leurs idées, c’est cela le dégagisme bien compris !

Bruno Gollnisch

Varennes-le-Grand : soutien à l’agent pénitentiaire agressé par un détenu multirécidiviste soupçonné de djihadisme !

Noirot FN 71

Communiqué de Lilian Noirot, Chargé de mission du FN71, Conseiller municipal de Montceau-les-Mines, Conseiller régional de Bourgogne, Franche-Comté du 31/01/2017

La semaine dernière, un jeune homme de 28 ans mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste a été transféré de la prison de Réau à celle de Varennes-le-Grand.

Mercredi dernier, ce prisonnier s’est jeté sur le gardien de prison en lui assenant des coups, tout en criant « Allahu akbar ».

Le motif de son attaque ? 

Un simple refus par la directrice de lui donner son paquetage... Avec un parcours de délinquant débuté à 14 ans et plus de 8 années passées en prison pour des vols et des violences, ce multi-récidiviste voudrait aujourd'hui se placer en victime alors qu’il n'est qu'un délinquant . La prison se doit d'être un lieu de discipline et non pas une colonie de vacances !

Le Front National ne peut que condamner fermement les intimidations, les violences verbales et physique se multipliant de manière alarmante dans l’Administration Pénitentiaire. La radicalisation islamiste de certains détenus confronte le personnel à des situations dangereuses face auxquelles ils sont totalement démunis.

Ces manquements sont le résultat d’une politique carcérale laxiste menée par les gouvernements LR et PS successifs. Nous dénonçons la diminution des moyens consacrés au service pénitentiaire, les sous-effectifs des agents, le tout aggravé par une surpopulation carcérale.

Au nom du Front National de Saône-et-Loire, je tiens à apporter tout mon soutien aux agents pénitenciers. Nous souhaitons un prompt rétablissement à l’agent de Varennes-le-Grand sauvagement agressé par ce multi-récidiviste.

Avec Marine Le Pen, remettons en ordre l’État en lui redonnant son autorité et ses moyens (justice, police, défense) !

FN 71

lundi 30 janvier 2017

Réaction aux résultats du 2ème tour de la primaire de la gauche

Marion Marechal Le Pen I-Télé

Communiqué de presse de Marion Maréchal Le Pen du 31/01/2017

Au lendemain du 2ème tour de la primaire de la gauche en Vaucluse, je relève une participation encore très faible (3,77%) en dépit de l’ouverture du vote aux mineurs âgés de plus de 16 ans ainsi qu’aux étrangers, en d’autres termes, des personnes qui ne sont pas inscrites sur les listes électorales et qui, en conséquence, ne voteront pas aux prochaines présidentielles. Le Parti Socialiste est donc devenu un micro parti dans notre département.

Suivant la tendance nationale, l’élimination sans appel de M. Valls, ex premier ministre de F. Hollande, signe le rejet catégorique des Vauclusiens de la politique qui a été menée depuis 5 ans, qui a poursuivi et accéléré l’œuvre de déclassement de notre pays.

Les récentes consultations électorales, qu’elles se soient déroulées en France ou à l’international, ont en outre un point en commun : l’aspiration du peuple au renouveau, à un véritable changement à la fois de têtes et de méthodes.

Seule candidate à incarner mieux que quiconque ce renouveau et ce changement face à des candidats qui figurent tous sur l’arbre généalogique du système, Marine Le Pen a donc plus que jamais de très grandes chances de l’emporter en mai prochain.

Front National